albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

Manlio Dinucci - L’art de la guerre - Le Grand Orient d’Obama

Le Grand Orient d’Obama

 

 

Pendant 236 années les Usa ont défendu partout la démocratie : c’est ce qu’a assuré la Clinton au Caire. Il convient donc d’effacer de l’histoire les plus de 160 interventions militaires à l’étranger effectuées par l’impérialisme étasunien jusqu’aux années 40 ; les guerres de la guerre froide en Corée, Vietnam, Laos, Cambodge, Liban ; les coups d’état orchestrés par la Cia au Guatemala, Indonésie, Brésil, Chili, Argentine ; les guerres de l’après-guerre froide en Irak, Somalie, Yougoslavie, Afghanistan. Le même engagement, garantit la Clinton, est porté par l’administration Obama. En effet, de la stratégie du Grand Moyen-Orient (comprenant Afrique du Nord et Asie centrale), lancée par le républicain Bush, le démocrate (et Prix Nobel de la paix) Obama est passé à la stratégie du Grand Orient, qui cible toute la région Asie/Pacifique en défi ouvert à la Chine et à la Russie.

 

Le premier pas a été la guerre contre la Libye, avec laquelle (comme le fit auparavant Bush avec la Yougoslavie) un Etat entier a été démoli pour mettre au pouvoir des gouvernants fidèles à Washington. On est ainsi arrivé aux « élections libres » dans la « Libye libre », gagnées par le « libéral » Mahmoud Jibril, dont le succès est attribué à la volonté populaire.

 

On ignore que les Usa et d’autres puissances occidentales ont dépensé des millions de dollars en Libye, pour s’assurer le soutien d’organisations et secteurs tribaux. On ignore que Jibril est l’homme de confiance de Washington : économiste formé aux Usa, chargé de promouvoir les libéralisations dans le monde arabe, il fut mis en 2007 en Libye à la tête de l’Office gouvernemental pour le développement économique, relié aux multinationales étasuniennes et britanniques. Dans cet habit, Jibril avertit Washington que le plan pour privatiser l’économie libyenne et former une nouvelle classe dirigeante pro-occidentale avait été bloqué par Kadhafi, et que la concurrence chinoise et russe se développait. La victoire de Jibril était déjà programmée. Le 30 mars 2011 (dix jours après le début de la guerre), le New York Times écrivait à partir d’informations gouvernementales : « Si l’intervention américaine [étasunienne] et occidentale renversait Mouammar Kadhafi, Mahmoud Jibril pourrait être le leader de la Libye. »

 

La guerre contre la Libye est le modèle que les Usa adoptent pour tenter de désagréger d’autres Etats, parmi lesquels la Syrie et l’Iran, qui font obstacle à leur avancée vers l’est. Comme de nombreux pays sont réticents à héberger des bases militaires étasuniennes, le Pentagone est en train de déployer dans des eaux internationales, partant du Golfe et faisant route vers l’est, des navires appropriés pouvant servir de bases flottantes pour les forces spéciales. D’autres bases aériennes et navales sont installées ou potentialisées en Thaïlande, aux Philippines, à Singapour, en Australie et autres pays. A Singapour est arrivé le premier « littoral combat ship », un nouveau navire de guerre qui peut s’approcher de la côte pour attaquer en profondeur. La US Navy en déploiera plus de 50 dans le Pacifique.

 

Dans l’offensive diplomatique, pour créer des fractures entre la Chine et ses pays limitrophes, la Clinton a effectué une « visite historique » au Laos. Promettant 9 millions de dollars pour le déminage, elle s’est faite photographier avec un jeune homme mutilé (1) : une des nombreuses victimes des munitions non-explosées (2), environ 30% des 2 millions de tonnes de bombes larguées par les Usa sur le Laos de 1964 à 1973. Pour défendre la démocratie, naturellement.

 

 

Manlio Dinucci
 
Edition de mardi 17 juillet 2012 de il manifesto.

(1) Voir commentaire du Parisien avec photo édifiante de la Clinton, la main sur le cœur :
 //www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/laos-le-face-a-face-entre-clinton-et-l-heritage-de-la-guerre-11-07-2012-2086312.php

(2) « Washington a largué plus de deux millions de tonnes de bombes sur le pays pendant sa "guerre secrète", entre 1964 et 1973, soit une tonne de munitions pour chaque habitant du pays, homme, femme et enfant confondus. Cela dépasse la quantité de bombes lâchées sur l'Allemagne et le Japon pendant la Deuxième guerre mondiale, ce qui fait du Laos le pays le plus bombardé de l'Histoire ». AP, (Notes de la traductrice.)
 

Source : Il Manifesto

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 



17/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 825 autres membres