albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

GJ / COMMENT LES JOURNAUX TÉLÉVISÉS TRAITENT DES VIOLENCES POLICIÈRES

san857.jpg

 

Nous avions évoqué la semaine dernière cet événement qui s’est produit lors de la manifestation du 1er décembre à Paris : des CRS avaient frappé un par un des Gilets Jaunes qui s’étaient réfugiés à l’intérieur d’un fast food pour se protéger des gazes lacrymogènes. Nous avions diffusé les vidéos de ces matraquages, ainsi que le témoignage d’un photographe présent sur place.

 

Un autre témoin de la scène nous a contacté ce week-end :

Fidèle lecteur de lundi matin, j’étais à l’intérieur du Burger King de l’avenue de Wagram samedi soir lorsque des forces de l’ordre y ont allègrement tabassé des manifestants.

Un journaliste de France 2 a filmé les violences commises à l’extérieur et est entré en contact avec moi, m’indiquant que sa rédaction voulait en parler au JTde 20h du soir (dimanche).

Après visionnage de ces images, je suis choqué par le récit proposé des évènements, et ai écrit cette lettre au journaliste en question pour m’en expliquer. Je vous la transmet au cas où vous la trouveriez pertinente.

Nous reproduisons ici son adresse au journaliste de France Télévisions.

 

Bonjour monsieur,

je reviens vers vous pour vous donner mon sentiment sur la façon dont ont été traités par votre rédaction les événements survenus samedi soir au Burger King de l’Avenue Wagram pour lesquels vous avez sollicité mon aide sur Twitter. Je crois que le traitement de ces évènements au JT du 20h de France 2 dimanche soir peut illustrer un dysfonctionnement grave et récurent àmême d’expliquer le rejet du personnel médiatique largement exprimé par de nombreux citoyens, parfois dangereusement.

Je reviens sur ces évènements tels que je les ai vécu. Ensuite, je commenterai la façon dont ont été relayées ces images par votre rédaction.

 

1. LES ÉVÈNEMENTS DU BURGER-KING DE LA PLACE WAGRAM TELS QUE JE LES AI VÉCU

1-1. Le contexte général nous ayant conduit dans ce Burger-King 
J’étais, samedi aux alentours de 19h, sur la Place de l’Etoile au milieu de quelques centaines de gilets jaunes. Je précise y avoir accédé depuis l’avenue des Champs Elysées, identité vérifiée par des policiers et sac fouillé. Il ne survenait alors sur la place plus aucun trouble apparent à l’ordre public et aucun affrontement n’était en cours entre manifestants et forces de l’ordre. Soudainement pourtant, la place entière s’est remplie de gaz lacrymogènes. En quelques secondes, l’air est devenu tout simplement irrespirable. Tous étions asphyxiés tant la concentration de lacrymogènes dans l’air était importante. Avec de nombreux autres, j’ai fui à la recherche d’oxygène vers l’avenue de Wagram, la plus proche. Nous avons ensuite essayé de rejoindre l’avenue Mac-Mahon par la rue de Tilsitt mais de là furent lancées d’autres grenades lacrymogènes dans notre direction, nous obligeant à faire demi-tour. A ce moment là, il ne m’était plus possible de voir au-delà de quelques mètres tant épaisse était la couche de fumée et douloureux mes yeux.

J’ai alors découvert à l’angle de l’avenue de Wagram et de la rue de Tilsitt un restaurant Burger King à l’intérieur duquel s’engouffraient d’autres manifestants en quête d’oxygène. Comme eux, je m’y suis rué. A l’intérieur tous suffoquaient, crachant plutôt que d’expirer. Beaucoup étaient assis par terre, adossés contre des murs, très mal en point.

1-2. Les évènements survenus à l’intérieur du Burger King 
Au bout de quelques minutes, quelques policiers sont entrés dans l’établissement, matraquant tous ceux qu’ils voyaient. J’ai pu fuir par la porte latérale donnant sur la rue de Tilsitt mais un ami qui était avec moi, ayant glissé, s’est retrouvé à terre matraqué pendant plusieurs minutes, par 4 policiers différents. Il est couvert d’hématomes et contusions, comme en atteste un certificat de « coups et blessures » établi par le centre hospitalier de Moulins Yseure où il réside.

La vidéo dont vous disposez et celle enregistrée par @Steph_Roy_ ne présentent que les violences commises à la sortie du fast-food, déjà accablantes pour les forces de l’ordre. @HZ_Press détient quant-à-lui une vidéo présentant une partie des coups portés contre mon ami à l’intérieur du Burger King. Elle est disponible à l’URL suivante : https://www.youtube.com/watch?v=wK8b4plAlJQ&app=desktop

 

2. LE TRAITEMENT DES IMAGES PAR LA RÉDACTION DE FRANCE 2

2-1. La présentation de ces images dans la séquence du JT 
Examinons maintenant comment ont été diffusées par la rédaction de France 2 les images dont vous disposez. Elles apparaissant au cours de la 6e séquence du JT : « Paris, les images saisissantes d’une nuit de violence ». Celle-ci commence par des images de grilles du jardin des Tuileries arrachées par des gilets-jaunes puis présente des scènes de pillages avenue de Kleber. Ces deux évènements sont clairement distingués par l’infographie superposée aux images.

Viennent ensuite les images de la voiture de police incendiée : « un groupe de gilets jaune attaque cette voiture des forces de l’ordre. Les policiers ont juste eu le temps de s’enfuir. Le véhicule s’embrase, les manifestants sont déjà repartis former d’autres barricades » commente la voix-of. Comme s’il s’agissait des mêmes protagonistes, elle enchaîne : « un jeu de chat et de la souris s’installe avec les CRS » à l’issu duquel « certains manifestants se retranchent dans des restaurants, narguent même les forces de l’ordre derrière les vitres ». Une première image montre alors des manifestants réfugiés dans un restaurant, immédiatement suivie par les images qui nous intéressent, celles du passage à tabac de gilets jaunes par les forces de l’ordre à la sortie du Burger King. La voix-of insinue alors qu’il s’agit des mêmes personnes : « Mais pas pour longtemps. Des dizaines de policiers interviennent. Les manifestants sont évacués manu militari ».

La présentation des différentes scènes et les commentaires qu’en fait la voix-of laissent entendre que ces évènements (incendie de la voiture de police, course-poursuite entre forces de l’ordre et manifestants, retranchement de ces derniers dans un restaurant, finalement expulsés manu militari) sont les différentes péripéties d’une même histoire aux protagonistes identiques. Elle est trompeuse puisqu’insinue subrepticement que les violences policières sont une réponse chronologique à l’incendie de la voiture de police.

2-2. Pourquoi cette présentation des faits constitue une grave désinformation 
En présentant des événements distincts comme consécutifs les uns aux autres, la rédaction de France 2 propose une narration trompeuse des évènements. Ceci est dommageable à plusieurs égards.

D’abord, parce qu’en confondant ces évènements distincts, votre rédaction fait apparaître les violences policières comme une réponse aux violences préalablement commises contre les forces de l’ordre. En les confrontant, France 2 aurait pu dresser une analyse de l’intensité de la conflictualité apparue dans l’espace public en cette journée d’émeutes. Cela aurait conduit à interroger les facteurs (structurels et conjoncturels) d’un tel niveau de violence de part et d’autres. La légitimité de ces violences, contextualisées par le niveau d’intensité préalablement défini aurait pu ensuite être questionnée. En l’espèce, la narration de ces évènements telle que proposée par votre JT exclut toutes ces analyses en expliquant d’emblée les violences policières comme conséquences directes des violences commises par les manifestants.

Ensuite, parce que face à ces images de violences policières, quelques questions importantes pour la vitalité démocratique auraient dû être posées : si les forces de l’ordre détenaient des éléments de nature à suspecter des personnes présentes à l’intérieur du Burger King, pourquoi ne pas les avoir interpellées et placées en garde à vue ? Si, au contraire, elles ne disposaient d’aucun élément de nature à les suspecter, pour quels motifs ont-elles fait usage de violence à leur encontre ? Enfin, question plus importante encore : à supposer que les personnes présentes à l’intérieur du Burger King aient effectivement étés coupables d’actes répréhensibles, les forces de l’ordre seraient-elles légitimes à les matraquer alors qu’elles sont inoffensives, à terre ou maîtrisées ? La police a-t-elle pour rôle de faire cesser les troubles à l’ordre public ou de rendre justice à la place du pouvoir judiciaire ?

A mon avis, cette mise en scène d’événements distincts comme consécutifs est de nature à tromper les auditeurs. Consciemment ou non, France 2 fait, dans ce JT, de la désinformation.

Celle-ci a pour double effet de manipuler l’opinion des auditeurs qui n’étaient pas présents sur place et de renforcer le ressentiment à l’encontre de l’univers médiatique parmi les militants politiques. Présents en manifestation, ceux-ci mesurent en effet un monde d’écart entre la présentation des évènements et la perception qu’ils en ont. Comment ne pas comprendre leur perte de confiance dans le service public de l’information ?

Ceci est non-seulement dangereux pour la vitalité démocratique de notre pays, mais également pour les reporters chargés de couvrir les manifestations, victimes de ce ressentiment parfois dangereusement exprimé.

Je vous souhaite une bonne journée,
Cordialement,



11/12/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 826 autres membres