albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

braz da costa - recuerdos de ferragosto

braz da costa - recuerdos de ferragosto (ou de river plate, ou quizas do pxo, aun no lo sé) 

 

 

san14003.jpg

 

1. recuerdo la última sonrisa tuya antes del apagón general

2. recuerdo los tres peregrinos chinos extraviados de la belt and road initiative que fracasaron estrepitosamente a media noche en la isla griega de delos, e donde marinatos se murió acidentalmente en mayo de 74

3. recuerdo la habitación de Lady Arbuthnot situada en el quinto piso sin ascensor de la pirámide de Keops, vacía en el año de la pera

4. recuerdo el misterio que reposa en las entrañas de un cubo de hielo arrinconado de 16 cabezas maoríes, rapadas, momificadas y tatuadas 

5. recuerdo el túnel de luz de la pescadilla azul antes de su transfiguración paralelepípeda en el reino mariano de Picard

6. recuerdo el paria & el bastardo, el mejor que nadie & el mala sangre; la parábola del buen lobo rojo ahogando todo en la irremediable debilidad de los prejuicios de raza, de classe, de nación y de cultura  & la alegoria de donaldiño el predestinado : llamados diez siervos suyos, les dió diez minas, y díjoles : negociad mientras vengo, quiero que multipliquen ese dinero por miles a través de la compra a crédito de terras, camellos, arte'con, oro y empresas... y de cierto de cierto os asseguro : a cualquiera que tiene, se le dará, y tendrá más, pero al que no tiene, aun lo que tiene le será quitado;    ¡ que ganen los malvados ! y de cierto, de cierto os digo, las puertas del paraiso se quedarán abiertas ad vitam æternam...

7. recuerdo el clamor de las calles el 17 noviembre 2018, el acto primero de los chalecos amarillos, entonces macron y algunos de los fariseos de la compañía lo suplicaran una vez más : "por favor, Maestro, un poco de orden ! reprende à tus discípulos", pero Él contestó sin dudarlo : "os digo que si ellos callasen, gritarían las piedras !"

8. recuerdo la última sonrisa tuya antes del apagón general 

cyclades juin 2011 349.jpg

  

9. recuerdo santorini, lloro y recuerdo, qué otra cosa puedo hacer, amor de mi vida ?

10. recuerdo los riñones tostados al sol, sepultados en una nevera blanca perteneciente à la inmaculada concepción 

11. recuerdo el momento precioso, un pelito antes la llegada de la lluvia de estrellas, en la hora del crepúsculo blanco que tanto te quería rojo, pero...

12. recuerdo los movimientos espasmódicos desencadenados por el gran temor universal al colapso ...que solo Baco, rodeada por los manojos de uvas, sab por qué !

13. recuerdo las innumerables víctimas aterrorizadas por la visión de las primeras películas mudas del pato donald, el rubito, contorsionista en los casinos de las vegas 

14. recuerdo la aparición tan misteriosa de la dulcísima dulcinea del atahualpa vestida de luz morada

15. recuerdo el primero de los diez mandamientos "por una era de razón" grabados en ocho lenguas (inglés, arabe, mandarin, castellano, hebreo, hindi, ruso y swahili) en el Georgia Guidestones, el stonehenge americano, monumento gigantesco en granito erigido cerca d'elberton, georgia, usa, el 22 marzo 1980 por la firma elberton granite finishing company a peticion de un misterioso anónimo, R.C. Christian :"mantengan la humanidad por debajo de los 500 millones ide ndividuos"...

16. recuerdo otro crimen que se quedará sin resolver

17. recuerdo al fantasma de la libertad (1974) la inolbidable pelicula de luis buñuel [...por no mencionar los desechos corporales, en veinte años seremos siete mil millones multiplicado por al menos tres libras de excrementos por día, esto hace más de veinte mil millones de libras], tanto más cuando el periódico gringo the washington post publicaba recientemente esta noticia pestilente (25/08/2019) : "L’Amérique « s’encacane », grâce à la Californie, devenue une référence. Il est indéniable que le Golden State est à l’avant-garde d’une crise de la défécation qui déborde déjà dans les États voisins. La côte Ouest est devenue la patrie des sans-abri, des âmes perdues du pays qui ont apparemment pris le parti de simplement exister plutôt que de vivre. Dormir dans les espaces ouverts et faire caca dans les lieux publics sont des signes frappants qu’un segment de la société a mis les pouces."  

18. recuerdo la pelicula sans soleil de chris marker, trois enfants marchant sur le bord d'une route en islande, en 1965, le regard serein tourné vers la caméra, le bonheur en somme 

19. recuerdo el inicio del aguacero muy cerca de la boca del infierno, donde me aguardaba encubierto el mago aleister crowley en camisón ajedrezado jaqués, gafas oscuras y sombrero andaluz; la bestia 666 estaba acompañado de Hanni L. Jaeger, una lánguida espía escandinava del MI6 y  B. Soares, un perito en cuentas cabalisticas, autor de “A inutilidade dos conselhos fiscais e dos comissários do Governo nos bancos e nas sociedades anônimas”

comic's.jpg

 

20.1 recuerdo la presencia de miss mess en mi casa, la librería lady long solo, calle keller n° 38, por la tarde adentro, perdida por entre los huesos del último cadáver exquisito, un montón de descerebraos por ahí con arcos y flechas aztecas, más allá junto a las máscaras sagradas de los hopi una botella de oporto cálem lacrima christi cosecha 1945, una preciosa coleccion de potlatch de la nacion Kwakwaka'wakw, una antigua edición china enmarcada del tratado inuit Qaujimajatuqangit, bajo una campana de cristal una réplica de las últimas reliquias del santo sepulcro trasladadas nel año 327 de jerusalén por la stabularia Elena madre santificada del imperator Constantino primero y compradas mucho más tarde bajo cuerda por el bienaventurado padre pío en una subasta benéfica de Sotheby's, una compra que comprendia también el retrato meticuloso de Barabbas firmado por R. Mutt datado de 1917 que aparece en el catalogo razonado de Arturo Schwarz con la referencia n° 345, un poco más lejos sobre un velador los míticos vinilos de gardel, algunos viejos cómics psicodélicos del gringo robert crumb, los papelitos dispersos de laude nuestro inconmensurable poeta vagabundo un tanto borracho y ruidoso... la vie, quoi !

20.2 en torno al medio dia llegaba karim en djellaba para regalarnos con el tinto de la rioja, el sangre de toro de catalunya y lo efervescente prosecco de la vénétie, los cacahuètes con miel, el marañón de panamá, los famosos dátiles deglet-nour y las uvas pasas de corinto, uvas negras y sin semillas, los pastéis de nata de belém aromatizados con canela, los caramelos pico dulce corayas blancas y rojas, las grageas de marihuana ...entre chistes y risas a tontas y a locas de miss mess deliciosamente pícara... por aquí y por allá : mariposas, claveles, rosas blancas, jazmines y gardenias que fascinan a qualquer...

20.3 por la tarde, la calle keller era un paraíso artificial perfumado, patrocinado por el estupefaciente sitbon, apodado de yerbabuena por todos los apaches del barrio; más abajo, place des vosges, vivían los odiados DRH, los descarados trader y los honorables oushebtis empapelados.

 

lady long solo.jpg

 

20.4 manuel, recuerdome también el malogrado Bicho da Cruz carburant dès le petit matin à la cocacola vitaminée, avec son misal 54 sous le bras, me saluant au seuil de la porte d'un misterioso,"je n'ai fait  que mon devoir, cariño !" avant de prendre un train express de nuit à la gare du nord y después, cómo lo sabes, desaparecer en pleine mer à bord d'un bateau à rames birlado dans le port d'ostende... La légende veut qu'il se trouverait maboul, completamente chalado, envouté par le jeu de jambes de nicole, à qui il aurait donné rendez-vous aux îles Vierges britanniques des Caraïbes... Sólo las sirenas escucharán su último suspiro, un frenético grito de amor :"tout doit disparaître !"

[...e eu ralado.]

2018-02-10 09.14.54.jpg

 

25. recuerdo el cante matinal de pedrito, un pájaro cenzontle dotado de cuatrocientas voces cristalinas que cautivaban a la gente de los suburbios en val-de-marne

26. recuerdo un mono ruso visto desde atrás en la plaza roja junto a la tumba de john reed (Ten days that shook the world), una espera godotica al caer la tarde que me agotó

san150018.jpeg

27. recuerdo las cenas de sábado a la taberna de ramonita en menilmont y las presencias de mouna, laude, chico mr, vieira, clemente, os machados, rüdiguer, bob lens, pombo barata, julio couto, henrique d'ixelles, monte empina, s. simoes, simone, padre davezies, jean-daniel, xochitl, annette, julius dragatus, o machado de caminha, gemma, lo ducasse de la souffrance, amate, ina, zé coimbra, zé do carregado, zé do freixo-de-espada-à-cinta, pires da baixa da banheira, louise, karim, francesco, balbina, dorothea k, stoves, bisa, favretto, o alentejano, marius, fatima, mario alberto, clara del toboso, fernanda de estoi, oreste, paulette, pithois, jfa, varlez, bebert, nathalie g, simone l, mina, madame scob, vasco, albino el futuro papa juan pablo primero ...y en particular, recuerdo esa noche de mayo en que el poeta Mathieu de La Salle se nos apareció enmascarado como un indio houma de la tribu de pointe-au-chien de louisiana, murmurando en nuestras orejas : Hey chicos, fumad la pipa de la paz o desenterrad el hacha de guerra ! no hay otra alternativa, joder !

28. recuerdo el último tiro de escopeta del contrabandista Fernão Mendes Pinto (1511-1583), igualmente pirata, mercenario, diplomata, naufrago, aventurero ...y autor de la obra maestra, "Peregrinação", la historia fantástica de lo que vivió en sus viajes en Oriente que logró llegar a Japon y, como tal, responsable de la introducción de armas de fuego en ese país ( “Agora brevemente lhe contarei o que depois passámos, não lhe escrevendo, todavia, o que passámos de cem partes uma, pois que para escrever tudo era necessário que o mar fosse tinta e o céu papel” ). Fernando ¿ Mientes ? ¡ Miento !, acabará 13 veces encadenado y 17 veces vendido como esclavo en los confines del asia, dónde peregrinó durante 21 accidentados años... à procura da rolha !

san150083.JPG

 

29. recuerdo las declaraciones espantosas del general Wesley Clark, ex-comandante supremo de la OTAN (1997/2000), en la conferencia « A Time to Lead » au Commonwealth Club of California à San Francisco, el 3 Octubre de 2007 : "Le 11-Septembre, nous n’avions pas de stratégie, pas d’accord inter-partis, ni une bonne compréhension de ce qui s’était passé, et nous avons eu à la place un coup d’État politique dans ce pays. Un coup d’État politique(*). Des types impitoyables ont pris la direction de notre politique étrangère, sans se donner la peine de nous en informer. Je suis allé au Pentagone 10 jours après le 11-Septembre. Je ne pouvais pas rester à l’écart de notre armée. J’y suis allé pour voir Donald Rumsfeld, avec qui j’avais travaillé dans les années 70, et je lui ai demandé : « Est-ce que j’ai été bon sur CNN ? » Il a répondu « Oui » et a ajouté : « J’ai lu votre livre ». Le livre parle de la guerre du Kosovo. Puis il me dit : « Personne ne va nous dire où et quand on peut bombarder un pays, personne ! » Il poursuit : « Je pense l’appeler ‘coalition flottante’. Votre avis ? » J’ai répondu, « Monsieur, merci d’avoir lu mon livre, et… » Il m’a alors coupé en disant : « Merci. Je n’ai plus de temps à vous consacrer. » Vraiment ! Et alors que je descendais pour quitter le Pentagone, un officier de l’État-major m’appelle dans son bureau et me dit : « Je veux que vous sachiez que nous allons attaquer l’Irak. » J’ai demandé « Pourquoi ? » Il a répondu « Nous ne savons pas. » J’ai dit : « Avons-nous établi un lien entre Saddam Hussein et le 11/9 ? » Et il m’a répondu que non. De retour au Pentagone, six semaines plus tard, j’ai revu le même officier et lui ai demandé « Est-il toujours prévu que nous attaquions l’Irak ? » Il a répondu «  Monsieur, vous savez, c’est bien pire que ça. » Il a pris un document sur son bureau et me dit : « J’ai reçu ce mémo du Secrétaire à la Défense … qui dit que nous allons attaquer et détruire les gouvernements dans 7 pays en 5 ans. Nous allons commencer par l’Irak, et puis nous irons en Syrie, au Liban, en Libye, Somalie, au Soudan et en Iran. » J’ai dit « 7 pays en 5 ans ! » Je lui ai demandé « est-ce un mémo top secret ? » Il me répondit « Oui, Monsieur ! » Je lui ai dit : « Alors, ne me le montrez pas. » Il allait le faire. « Sinon je vais en parler. » J’ai gardé cette information pour moi pendant longtemps, 6 ou 8 mois, j’étais tellement abasourdi que je ne parvenais pas à en parler, et je ne pouvais pas croire que c’était vrai, mais c’est bien ce qui s’est passé.https://www.youtube.com/watch?time_continue=4&v=nUCwCgthp_E&feature=emb_logo

30. recuerdo la estupefacción general ante la grand obscenidad proferida sin pestañear por parte de madeleine albright durante el programa sixty minutes de la CBS el 12 mayo 1996 :  [ le preguntaron : lo embargo americano y de sus aliados, en un total de 34 paises, puesto en vigor después de la agresion militar de 1991, condenó a la muerte más de 500 000 crianzas iraquís , ¿cómo es posible defender una tal barbaridad ? ] contestó: "Creo que fue una elección muy difícil, pero el precio… creemos que valió la pena"  / "Je crois que c'était un choix très difficile, mais le prix… nous pensons que le prix en valait la peine" /«I think this is a very hard choice, but the price... we think the price is worth it.»  https://www.youtube.com/watch?v=lbLCY4iHDRE

31. recuerdo lo ocurrido el 14 de diciembre de 2008  en Bagdad cuando el periodista iraquí Mountazer al-Zaïd arrojó sus dos zapatos al padrecito de los millonarios yankee, Georges W Bush, durante una conferencia de prensa en presencia del renegado Nouri al-Maliki, gritandole en arabe :«Este es un beso de despedida del pueblo iraquí, perro !» y añadiendo mientras lanzaba su segundo zapato, «Esto es para las viudas y los huérfanos y todos los que murieron en Irak» https://www.koreus.com/video/bush-chaussure-journaliste-iraquien.html

 

san460.jpg

32. recuerdo hilary clinton rindo hasta golpear la barra... perante las càmaras de la CBS, 20/10/2011, dicendo con arrogancia y desvergüenza : «We came, we saw, he died ! » ("vinimos, vimos, murió"). El morto, el hombre horriblemente desfigurado de qué habla se trataba del presidente libio Mouammar Kadhafi. Hilary era entonces la secretaria de estado del estado yankee y parafraseaba desta manera al imperator julius césar cuando al término de la guerra de las galias declaró triunfante : «Veni, Vedi, Vici » https://www.youtube.com/watch?time_continue=11&v=Fgcd1ghag5Y

33. recuerdo el astrofisico jean-pierre petit escribiendo con un humor amargo y mordaz sobre la cosmologia standard :"qu'est-ce que la "cosmologie standard", fondée sur le "modèle standard" ? Une construction vacillante, qui subit, année après année, les conséquences catastrophiques de l'observation. On a perdu dès le départ la moitié de l'univers : l'absence d'observation d'antimatière cosmologique est devenue une question si gênante qu'on évite maintenant tout simplement d'en parler. Tout le reste est à l'avenant. De la bouche d'Hubert Reeves, chantre du Bigbang, nous apprenons que les récents mesures de la constante de Hubble conduisent à rajeunir l'univers en ne lui attribuant plus que sept milliards d'années, au lieu de douze, alors qu'on connaît des étoiles qui sont vieilles de seize milliards d'années... La solution consistera-t-elle à cesser d'étudier ces étoiles, considérant qu'étant "non standard", elles n'existent pas". ("le mysthère des ummites", ed. albin michel,1995) https://www.youtube.com/watch?v=CAmG7_r82-Y&t=902s

 

DSCF4109.JPG

 

34. recuerdo as levadas, sim; as levadas do outro lado do pxo, co'ceteza bisa, pois entao, nao te recordas ? Até chegamos a falar do assunto como se tratasse de uma promessa feita numa sexta-feira-santa de cinzas, isto é, com uma tal solenidade, que a coisa logo à partida parecia selada cu'selo branco papal, como se tratasse de um pacto de tordezilhas, infalivel ! ...Porém, as levadas ficavam longe... mesmo essa tao afamada, dita da ponta de sao lorenço, nos parecia ficar no cu do mundo !... todas, sem excepçao, ficavam do outro lado do pxo, ... mais de 50 km de mar a galgar... em territorio de gente agitada por uma estranha forma de vida, pois sao capazes de ficar a dançar o bailinho dia e noite sem parar pra gaudio de turistas ingleses estravagantes e de uma rara perversidade... e da-te conta, bisa, este pessoal nem sequer conhece os tremoços alhados que acompanham sem desmerecimento o nosso familiar spritz a martelo que vamos fabricando pela noite fora... nem tao pouco, imagina tu, nem tao pouco sao capazes de enchergar os ovos moles de loulé que muitas vezes confundem com a geleia real que a estuporada radio renascença nao pàra de propagandear nas ondas desde o seculo passado... Sao gente que  é capaz de passar o santo dia a bordar, a bordar historias do arco da velha... e a promover junto às incautas loiras alemaes a banana local (mais pequena mas muito mais rija, pretende a maralha) como o sextoy ideal con.cebido pelo genio lusitano insular, olha qu'esta nao lembra o diabo ! pois a banana seria o mafarrico predilecto das nossas donas e donzelas que passariam o santo dia a pensar a safadeza sem limites... olha o descaramento desta cambada de nabis pervertidos ? ...lembras-te desse nosso coloquio matinal, feito pra desvendilhar os sonhos da noite e partilhar as aguas turvas e que o grilo caçoila pontuava a preceito em dor menor ? pois este assunto deu-nos pano pra mangas, passamos a manha a falar da banana... As noticias que vinham da outra banda eram de facto... diabolicas, temiveis, assombrosas... haveriam levadas com bruxas ! Até o brioso Bananeiro, o rei do pontapé canhoeiro & certeiro que facturava cada golo em rios de dinheiro e sem factura, e que os emires das arabias pagavam illico presto em petrodollars, acabando sempre pedindo, exigindo, mais um, mais um pra'colecçao ! ...agitando como arma fatal entre os dedos nodosos e disformes notas enormes de um milhao de dollars de que nem sequer reclamavam troco... ohmae ! ohmaezinha... dava pro apanha-bolas, pro bombeiro de serviço, pra horas extra da enfermeira, pro massagista, pro treinador adjunto... dava pra toda a gente ! Pois, até ele acabou por pedir asilo aos pxo.tes que nao tardaram a responder pela voz do regedor Diego (todos os regedores da ilha dos nabis se chamam Diego desde incios do sec XVI). Diego era um dos descendentes do mercador-navegador C.Colombo que pra'là arribou em 1480 afim de negociar com os paisanos a exportaçao da grande pavonia a preço da chuva por conta dos mercadores de Gênova que a reclamavam para tintarolar os tecidos d'encarnado... Ora acontece, que no intervalo das negociaçoes, o nosso Colombo aproveitou pra fazer safadeza com a filha  do governador Prestrelo, dai o dieguinho como consequência... Pois assim falou o nosso Diego actual voltado pro nosso às-da-bola espetacular : con'ceteza compadre fique por ca, mas em contra-partida, vais-nos construir num abrir e fechar d'olhos, meia duzia de hotel'resort, tipo LasVegas, pra turistas altamente tatuados e prefurados em fase de transhumanizaçao acelarada... pois agora, é este o tipo de turista que esta na berra... O Bananeiro logo acedeu sem muitas lamurias exigindo apenas uma condiçao : quero uma estatua do meu tamanho total, isto é, duas vezes mais alta c'a real, à entrada de funchal, de modos que os adeptos possam dislumbrar de longe... o meu monumental par de colhoes fustigados pelas rajadas de vento norte desabrido !  Duo habetes  et bene pendentes !  hurlou o soridente regedor Diego co'apoio da multidao nabi altamente instruida em latim pelo clero jesuita local. Deo gratias ! concluiu o nosso Bananeiro nacional pra selar mum abrir e fechar d'olhos esta modesta combinazione insular... O homem estava apressado, soubemos pelos jornais do dia seguinte, que o seu  pensamento faiscante ja se encontrava muito mais além, d'olho posto na magalhoça da familia Agnelli que o esperava para dar meia-duzia de pontapés no esférico em favor da prestigiosa juventus, a equipa transalpina mais antiga e mais versada em vigarices de todo o tamanho e feitio. ( Um exemplo, a federacao italiana de futebol reconhece que a juventus ganhou a bonita soma de 36 titulos de campeao nacional, mas o clube continua a somar... 38, nao tendo em conta que os titulos de 2004/05 e 2005/06 lhe foram retirados por vigarice).

 

20200820_200933.jpg

 

35. recuerdo ton excellent texte sur le film de Raymond, Un moment sans retour, deux heures qui témoignent du jour le jour d'un groupe de gilets jaunes breton, où tu suggères que les protagonistes avancent dans la prise de conscience de

"ce qui se défait, ce que nous défait". (Belle formule !).

Or, compte tenu de ce que j'ai vécu à cette époque-là, et surtout de ce que nous vivons tous à l'heure actuel, je suis porté à croire que c'est bien là le busilis (noyau) de la question : arrive-t-on à identifier précisément l'ennemi ? arrive-t-on actuellement à savoir que de quoi el bicho est-il le nom codé ? 

Or, je constate que la majeure partie de la population ne remet en question le discours loufoque et incohérent du gouvernement et suit aveuglement ses consignes "sanitaires", même si, au bout de 7 mois de lock-down, paracétamol & masques inutiles, ici et là, on commence à se réveiller et à s'interroger sur le bien fondé des mesures sanitaires prises contre tout logique...

Quant aux secteurs supposés éclairés, résistants, contestataires qui osent tout de même l’ouvrir quelque peu, la conscience politique de la situation n'est pas à l'hauteur des vrais enjeux. On reste mains et pieds liés à la stratégie dictée par le pouvoir bourgeois, on reste empêtrés dans le démontage des mesures sanitaires, courant derrière toutes ces nombreuses mesures sciemment confuses, contradictoires, mensongères d'un gouvernement qu'on ne cesse pas de pointer du doigt et classer à tort, comme une bande d'incapables, de psychopathes, d'amateurs en politique... ne prenant pas en compte que cette cacophonie, cette confusion organisée est le leurre, qui enserre des objectifs politiques...  (Le prof. Raoult a fait la démonstration à plusieurs reprises du caractère inepte des décisions sanitaires imposées à la population en insistant sur ce point : ces mesures ne pouvant pas être justifiées de point de vue scientifique et sanitaire, ce sont nécessairement d'ordre politique). Bref, si on ne transpose le "sanitaire" en termes politiques, si on n'éclaire pas la stratégie mis-en-œuvre par cette longue errance "sanitaire", on se condamne volontairement à la cécité idéologique et à l'inaction politique. Si la bourgeoisie mondialiste vient à l'emporter, on ne mourra probablement pas d'un virus mutant et volatile qui n'est pas plus létale qu'une grippe saisonnière, mais on mourra sûrement de l'euthanasie, de la famine, une famine qui résultera du chômage galopant, des restrictions alimentaires, de la destruction partielle de l'appareil productif, de la introduction massive de la "révolution industrielle # 4" et la myriade de conséquences socio-économiques à venir.

On n'ose pas aller au-delà, s'extraire du cadre (de)raisonnable imposé par ce gouvernement "d'incapables" (sans se poser justement la question : incapables mais pour qui au fait ?). On n'ose pas voir que les mesures de distanciation sociale imposées par un savant mélange de mesures sanitaires prônées globalement par l'OMS, puis validées par les instances d'un "comité scientifique national" et la menaçante intimidation policière et judiciaire (matraques, gaz, amendes, tribunaux et emprisonnement). Ces mesures dépassent le cadre local et se ressemblent comme deux gouttes d'eau aux mesures prises dans l'ensemble des pays visés par la mondialisation (en gros, le Nord Global). Et cela, avec une remarquable simultanéité, minutée par le quartier général globale. On n'ose pas poser LA question politique sous-jacente, à savoir, de quoi le covid est-il donc l'expression politique ? Quelle finalité politique majeur ce virus si opportun cache et précipite à la fois? 

Or, les faits sont là avec une évidence désormais aveuglante : nous avons affaire à une grève générale INEDITE (par son étendue et sa radicalité) menée par l'avant-garde du patronat, autrement dit, par les secteurs financiers et monopolistes, qui décident, par une mesure centrale, concertée et mûrement réfléchie d'imposer le lock-out à la moitié de l'humanité. Cette mesure porte le nom de covid19, la fausse pandémie virale. Elle annihilera la volonté populaire, elle réduira les travailleurs à la soumission volontaire, à la peur, à la délation, à la panique. Je ne vois qu'une explication à cette mesure audacieuse que détruira nécessairement vastes secteurs du capital e du travail. A titre d'exemple, à l'heure actuelle - septembre 2020 - certains observateurs parlent de vaporiser des bulles financières produites par le capital financier lui-même, par le biais de la titrisation des "dérivés", de l'ordre de 1,5 quadrillion de dollars ! Comment sortir de le la profonde crise économique initiée en 2008, devenue entre-temps réellement systémique et qui risquait entraîner le vaisseau capitaliste vers l'inévitable implosion, sinon par l'inévitable destruction de capital et travail ? Et voilà, nous y sommes de plein pied et el bicho est venu occulter l'arrivée du tsunami de la crise économique à son apogée. Il a facilité du même coup, son dénouement par la mise en place de "mesures sanitaires" radicales, devenues très rapidement consensuelles et qui ont entraîné tout naturellement ces destructions massives dont l'amplitude nous échappe encore dans sa vaste étendue. Et le moment venu, si nécessaire, elles seront attribuées opportunément aux conséquences inévitables de la pandémie.

Tout cela se déroule sous nos yeux écarquillés, avec notre consentement passif, notre incommensurable sidération causée par la désorientation générale maîtrisée par les élites..

Comme je te le disais depuis le début de l'affaire, "la guerre à el bicho", cette guerre contre les nations et les peuples, occulte et précipite la crise économique et cette solution froidement planifiée qui vise, sur le plan politique : la mise en place rapide, implacable et sans obstacles majeurs de la Nouvelle Ordre Mondiale (NWO) et le gouvernement unique, vers laquelle "on ira ensemble, et personne, je dis bien, personne ne pourra s'y opposer", comme l'annonçait avec emphase, dès janvier 2009, le présomptueux sarkozy, un des acteurs mineurs du drame en cours.  

 


 

 

[ Dans ce contexte, ou la pensée critique paraît anéantit  par l'immensité de la tâche, par la soudaineté du nouveau inconcevable, les révisionnistes khrouchtchéviens en général, découvrent que la Chine de nos jours est devenue le bastion communiste que résiste bien à la crise ( "l'OCDE affirme que la Chine est le seul pays industrialisé à connaître la croissance en 2020 (+1,8%), tous les autres pays se trouvant dans le rouge, et qu'elle aura un taux de 8% en 2021" ), bien des années après l'avoir combattue férocement au moment qu'elle luttait justement pour le devenir, sous la direction de Mao Tsé-Toung.

En réalité, à l'abri de cette fausse pandémie, la Chine jaune sous la direction d'un parti communiste pervertit par la contre-révolution, que les révisionnistes de tout poil et de différents horizons portent aux nues, est en train de devenir le modèle, le prototype même de l'état paradigme porteur du NOM. Autrement dit, la pleine réalisation des prévisions de G. Orwell dans son roman, 1984 ].

 

KtkZy2Qi7vU.jpg

 

 

[quand l'art cubique est là pour nous aider à percer les ténèbres qui entourent le paysage socio-politique actuel] mince, je regarde à gauche et à droite à la fois, mon nez n'est ➕ au centre des attentions, ma poitrine, certes, toujours généreuse, est devenue un patchwork in.con.gru de dis.formitées achetées chez ikea, ma taille de guêpe, jadis tant vantée dans le sérail, ne tient qu'un gros fil, mon cul... t'as vu mon cul ?... d'ailleurs, où est mon cul !?!... disparu ! ...et mes mains, mes mains Nivea aux doigts triangulaires, désormais ankylosés et incapables de saisir la vérité par la peau du cou !?!... on vit de nouveau une sombre époque où on est obligé de démontrer l'évidence sous peine d'être condamné à une cure imMonde...

 

brecht.jpg

 

oui ! p'ti cron, quelle c�nfusion générale (bien) maitrisée ! toi et les tiens, vous vous acharnez à propager par vagues successives, le-toutvenant-et-son-contraire aussi bien à droite qu'à gauche et, avec le secours opportun de l'extrême-centre, ce vers rampant toujours à l'affût d'un nouveau star.pontin !!!!...

j'ai mal à la tête... d'ailleurs, où est ma tête ?!... 

 

36. ...le vent d'ouest m'annonce ta mort éminente, Zé Nabbus del Cano. Malgré les aventures communes vécues souvent dans la joie, je ne te regrette pas trop. Porque me recuerdo siempre que, dans les moments cruciaux, tu as toujours ou presque toujours, choisis le mauvais côté de la barricade, le camp de la réaction étoilée en somme. Tu te meures avec ce dernier soupir rance à la gloire del bicho : avisar até que a voz nos doa...

37. recuerdo les enfants de gala, ces narcisses sauvages poussant ici et là dans l'immensité des champs de navets... s'écorchant l'âme pour un ruban, un award, une vitrine cuf avec vue sur mer, gardée par un coq gaulois; ici, pour un tas de bonecos n&b, uns no cravo outros na ferradura; là, pour un amas de galets divers, profonds&variés (58.05.10, ayant l'âge de jésus comme années de service, devient chevaLh par services rendus - JO n° 163 -14.07.16 - sous le parrainage Najat V-B ministre du MEN sinistré de 26.08.14 à 10.05.17, du gouvernement sans-dents, Hollande/Valls II ; performance homologuée Que vergonha, rapazes !

20210226_122957.jpg

 

38 - je suis embarrassé pour faire les comptes, môme. D'abord, il y a une question de quantité et de qualité, à la fois. Car l'essentiel des comptes à faire entre nous, à la lumière du nouveau dogme féminisant, ne concerne pas en réalité ni la bouffe ni le ménage, ni les couche-culotte échangées, n'est-ce-pas ? C'est peanuts, tout ça. Désormais ce qui va compter in fine, ce sont les rapports intimes (traduis en quantités de travail sexuel) réévalués du point de vue de leur valeur marchande, de leur qualité/prix intrinsèque et pouvant être étalés dans les tribunaux, en vue d'être convertis en monnaie sonnante et trébuchante lors d'un divorce. Alors, tout d'abord, où en sommes-nous, au niveau de notre propre compteur. Quels sont les chiffres plausibles et combien je te dois ? Je t'avoue qu'au début j'avais commencé à compter émerveillé par les variantes qui s'étalaient, s'épanouissaient, surgissant ...de nulle part, je veux dire, surgissant de la curiosité suscitée par les lectures sous-le-manteau, les images animées ou pas, volées par-ci par-là (rappelles-toi de cette seance de ciné-club programmée un samedi de minuit à 7 heures du mat dans le cinoche d'art-et-essai de notre quartier...), surgissant aussi des échanges sociaux, des témoignages paillardes et aussi des pratiques adultérines voilées (mais oh ! combien enrichissantes) puisque condamnées par la puissante sainte mère l'église et la morale consensuelle auto-castratrice. Enfin,à cette quantité élastique assimilée et régurgitée par notre imagination plus ou moins audacieuse, vient s'ajouter une autre dimension, la qualité, l'indispensable qualité des rapports. Allons-nous comptabiliser de la même manière un simples missionnaire que ne demande aucune technicité particulière dès le moment qu'on connait le mouvement du va-et-vient, va-t-on comparer ce mouvement primitif avec un exquis 69 qui demande des connaissances anatomiques (tiens-toi bien, l'anatomie complète de l'appareil génital féminin n'a été dévoilée qu'en 1998 par une femme-médecin australienne curieuse et courageuse ! ), du souffle, voir des techniques de respiration que ne sont pas forcement innées ! Allons-nous aussi comptabiliser, les coups ratés, inachevés, unilatérales, mécaniques dus aux effets revigorants d'une capsule chimique magique, ou bien, tiendrons-nous compte valablement des rapports avec une capote ? Allons-nous rajouter un surplus extra à tout acte qui a donné naissance 9 mois plus tard à un nouveau-né ? Et tout à l'inverse, en quelle catégorie comptable allons-nous inscrire, une superbe imparfaite qu'on joue encore de nos jours rarement, hélas ! et dans le profond secret de l'alcôve, bien à l'abri du qu'en-dira-t-on et classé sans appel dans la catégorie sale et hors-norme. Ou encore, ce irrésistible et irrépressible pissing qui se déclenche un peu à l'improviste, à la bonne franquette sans tenir compte ni des convenances ni de l'hygiène des lieux ?...

zz jugement.jpg

Le compte des tâches ménagères sont à vrai dire, impossibles à faire et surtout elles sont fausses. Si un jour, on viendrait à marchandiser intégralement la expression érotique de l'amour, des amours, sous le couvert des "tâches ménagères", on pourra dire à coup sûr qu'on a plus à faire à des humains mais probablement à des cyborg issus de l'imagination cybernétique de la post-révolution industrielle#4 ...vivement en cours. 

39. recuerdo enfadado el 8 noviembro 2019, anas k.

40. recuerdo la última sonrisa tuya antes del apagón general (10/8/2019).

cp40.jpg

 

 

 [ ¡ joder, tío ! ]

 

 

braz da costa [ xochitl c m ]

 

15 août 2019

 

 

 

 

 

 

 


16/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 836 autres membres