albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

israël shamir, poutine en roger lapin

Qui veut la peau de Vladimir Rabbit ?

Si le gros méchant tue moult innocents – si je me souviens bien du merveilleux dessin animé de Zemecki, sorti en 1988 – c'est uniquement un coup monté contre Roger Rabbit. Ce film est une parodie des films policiers d'Hitchcock, dans lesquels le héros évolue, généralement plongé jusqu'à la taille dans les cadavres, tous ayant été refroidis à la seule fin de le coincer…  Si Chandler et Hammett ont innové en créant ce genre de polar, c'est parce qu'ils en avaient ras-le-bol des détectives s'en tirant toujours à bon compte et violonistes amateurs à la Cherlock Holmes : ainsi, leurs héros résolvent des assassinats, tout en étant eux-mêmes accusés et poursuivis par les flics…

Le Président russe Vladimir Poutine s'est retrouvé dans la position inconfortable de Roger Rabbit. Peu après l'assassinat d'Anna Politkovskaïa, une journaliste d'investigation, un espion transfuge mourait, à Londres, tout en accusant Poutine, sur son lit de mort. La troisième mort – celle de l'obèse ex-Premier ministre Gaïdar – fut évitée, mais on évita nullement, en revanche, l'incontournable troisième accusation… Il semble que toute mort violente ou suspecte soit automatiquement déposée sur le paillasson de Poutine, dans la meilleure tradition chandlerienne… Roger Rabbit était la victime d'un coup montée visant à prendre le contrôle de Toon Town ; Poutine est, quant à lui, victime d'un coup monté visant à s'emparer des destinées et des ressources naturelles de la Russie.

Seul quelqu'un de très jeune, totalement innocent et sincère, peut croire que les propriétaires et éditeurs de médias – les Maîtres du Discours – se préoccupent le moins du monde de personnalités politiques russes marginales tels Politkovskaïa et Litvinenko. Ils assoient Poutine sur le poêle chauffé à blanc uniquement parce qu'ils veulent le voir livrer l'Iran aux bombardiers états-uniens et Sakhaline-2 aux compagnies pétrolières occidentales, brader le gaz et autres richesses naturelles russes et oublier sa politique étrangère qu'ils jugent par trop indépendante. Ils lui montrent (et à nous aussi, par la même occasion) la puissance de la machine médiatique, cet appareil sans pareil pour zombifier les foules. Ils sont en mesure de fixer l'agenda du monde et faire de Poutine un assassin en série, de Clinton un obsédé sexuel, de Chavez un antisémite, d'Ahmadinejad un nouvel Hitler, des Palestiniens des agresseurs et des Israéliens des victimes !

A leur apogée, même les Papes n'avaient pas un tel pouvoir : quoi que les Maîtres du Discours disent, ça passe.

Ils ne manquent jamais l'occasion de mentionner la carrière de Poutine au KGB, bien que toute allusion au passé de Bush à la CIA ou à celui de Tsipi Livni au Mossad soit jugée parfaitement inconvenante dans la bonne société. Ils nous rappellent un transfuge bulgare assassiné voici une vingtaine d'années, mais ils ne font jamais aucune allusion au plus grand assassin organisé de nos jours – l'Etat juif – si ce n'est avec une admiration modérée par l'hypocrisie du politiquement correct, comme dans le film Munich de Spielberg. Toutefois, Israël assassine, Israël kidnappe et Israël emprisonne ses opposants politiques, quotidiennement : tous les dirigeants palestiniens en activité voici vingt ans de cela ont été depuis lors assassinés par les juifs. Ils recourent au poison, aux missiles téléguidés, aux bombes à craquer les bunkers, au centre Nes Tsiona de production d'armes chimiques et biologiques, ainsi qu'à d'autres joujoux dignes de James Bond, comme la « guêpe tueuse bionique » [ info à ce lien : bionic killer wasp ]

Ils ont eu recours à leur fameux poison dans leur tentative d'assassinat sur la personne de Khaled Mashal [info à ce lien : Khaled Mashal ], le dirigeant du Hamas ; les assassins ont été pris sur le fait, et arrêtés. Il n'est absolument pas douteux qu'ils ont eu recours au poison pour assassiner Arafat : le journal Ha'aretz a publié des indices très clairs allant dans ce sens ; d'ailleurs beaucoup d'Israéliens proches des milieux du renseignement en sont convaincus. Et c'est là où ça commence à devenir particulièrement intéressant : l'autopsie d'Arafat a révélé la présence de Polonium 210, soit exactement la même substance mortelle qui a tué le transfuge russe. Toutefois, les Maîtres du Discours et leur machine-à-fabriquer-l'opinion-publique-mondiale ont rejeté cette découverte stupéfiante, l'attribuant à un traitement chimiothérapique qui aurait été administré, allez savoir, au dirigeant palestinien ? !! En revanche, aujourd'hui, ils affirment que ce même isotope radioactif pointe un index accusateur contre Poutine, et peu importe le fait que le Polonium 210 soit en vente libre sur Internet…

Toutes les pistes conduisent à Poutine. Dans un journal israélien de ce jour, la demande de réciprocité dans le traitement des criminels arrêtés formulée par la Russie (demande on ne peut plus ordinaire et habituelle) est qualifiée de « chantage de Poutine » ; quant au désir exprimé par un Russe de posséder des stations d'essence en Occident, de vendre du super à la pompe et non pas seulement du pétrole brut [russe] sorti du puits, il se voit qualifier de « preuve des tendances hégémoniques de Poutine ».

A la différence des vieux Bolcheviques, Poutine n'est pas fait d'acier, et il est susceptible de céder sous la pression, de permettre à Israël de bombarder l'Iran, de donner aux compagnies pétrolières occidentales carte blanche dans son propre pays, comme l'ont fait Gorbachev et Yeltsine. S'il cède, ne doutons pas un seul instant qu'il deviendra la coqueluche des mass media et que ses prétendus crimes seront très vite oubliés…

C'est ce qui s'est passé dans le cas de Muammar Qaddafi : il était personnellement accusé de toutes les avanies, et son pays se vit contraint de verser des milliards pour la catastrophe de Lockerby bien qu'il n'y ait été impliqué en rien, comme l'ont reconnu plusieurs observateurs internationaux au procès afférent. Qaddafi a capitulé devant la volonté suprême des Maîtres du Discours, et les attaques contre lui ont cessé immédiatement, comme par enchantement.

C'est ce qui se produira, pour Poutine, aussi, pour peu qu'il fasse les quatre volontés d'Israël et qu'il livre l'Iran en pâture aux bombardiers.

L'admirable écrivain indien Arundhati Roy a écrit que tous les dirigeants [du tiers-monde] sont horribles ; mais que tant qu'ils laissent l'Occident piquer leurs richesses naturelles, ils peuvent être tranquilles. Ce n'est que lorsqu'ils protestent contre ce vol qu'ils deviennent des monstres aux yeux d'une opinion publique de plus en plus docile. Nous devons tout faire afin de tenter de mettre fin à cette tendance ; nous ne sommes pas de poids à lutter contre les missiles de la marine américaine, mais nous pouvons – que dis-je, nous devons – saboter l'arme la plus terrible des Maîtres du Discours – leur machine médiatique à laver les cerveaux – en refusant catégoriquement de nous aligner sur eux.

 Israël Shamir

6 décembre 2006

Traduit de l'anglais par Marcel Charbonnier et révisé par Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de toute reproduction, à condition de respecter son intégrité et de mentionner auteurs et sources.

URL de cet article: http://www.israelshamir.net/English/Eng5.htm  

 

 

Who Framed Roger Rabbit?

The villain kills innocent people in order to frame Roger Rabbit, that much I remember of the marvellous Zemeckis 88' cartoon. The movie spoofs Hitchcock private eye films where the hero wades waist-deep in dead bodies, all killed to frame him. Chandler and Hammett developed this genre being bored by always-safe violin-playing Holmesian detectives: their heroes unravel murders while being accused and pursued by police.

The Russian president Vladimir Putin found himself in the uncomfortable position of Roger Rabbit. Soon after the murder of Anna Polikovskaya, an investigative journalist, a defected spy died in London – and accused Putin on his death bed. The third death, that of obese ex-Prime Minister Gaidar, was avoided but not a new accusation. It appears that every violent or suspicious death is automatically placed at the doorstep of Putin, in the best Chandleresque tradition. Roger Rabbit was framed in order to take over the Toon Town; Putin is framed in order to take over Russia's policies and resources.

Only a very young, innocent and sincere person may believe that media owners and editors, the Masters of Discourse care about minor Russian political figures like Politkovskaya and Litvinenko. They put Putin on the hot seat so he'll surrender Iran to the US bombers and Sakhalin-2 to the Western oil companies, sell gas and other national assets at cheap price, forget about his independent political course. They show him and us the impressive might of the mass media machine, this unique device built to zombify millions. They can establish the world agenda and present Putin as a killer, Clinton as a sex offender, Chavez as an antisemite, Ahmadinejad as a new Hitler, Palestinians as the offenders and Israelis as victims. Not even the popes had such power in their best days: whatever they say, goes.

They never fail to mention the KGB career of Putin, though the CIA past of Bush and the Mossad past of Tsipi Livni is never referred to in a polite society. They remind us of a killed 20 years ago Bulgarian defector, but they do not refer to the greatest organised assassin of our days, of the Jewish state, unless with admiration moderated by political correctness as in Spielberg's Munich. However, Israel kills, kidnaps and jails its political opponents on a daily basis: all Palestinian leaders active 20 years ago have since been assassinated by the Jews. They use poison as well as guided missiles and bunker-busting bombs, and Nes Tsiona centre for chemical and biological warfare produces poisons and other tools for 007, like "bionic killer wasp"

They used their poison in an assassination attempt on Khaled Mashal, the Hamas leader; the assassins were apprehended and caught red-handed. There is no doubt that they used poison to assassinate Yasser Arafat: the Haaretz published a clear hint to that effect; and intelligence-related Israelis are convinced of it. And here we come to the most interesting part: Arafat's post mortem revealed the presence of Polonium-210, the same poisonous medium that killed the Russian defector. However, the Masters of Discourse and their world-opinion-producing machine pooh-poohed this discovery and connected it to chemotherapy treatment possibly given to the Palestinian leader. Now they say this isotope points to Putin, though Polonium-210 is freely sold over the internet in the US.

Everything points to Putin. In today's Israeli paper, a Russian demand for reciprocity in the treatment of arrested criminals (quite an ordinary and usual request) is described as "Putin's blackmail"; a Russian desire to own petrol stations in the West, to sell oil at the pump and not only at the well, is described as "Putin's world dominance drive". Putin is not made of iron like the old Bolsheviks, and he is liable to submit to pressure, to allow Israel to bomb Iran, to give the Western oil companies a free run in his land, like Gorbachev and Yeltsin did. Then he will become a darling of the mass media and his alleged crimes will be forgotten.

This was the case with Muammar Qaddafi – he was personally accused of every mishap and his country was forced to pay zillions for the Lockerby disaster though they had no connection to it, as admitted by international observers at the trial. Qaddafi surrendered to the supreme will of the Masters of Discourse, and all attacks on him ceased immediately. It will happen to Putin, too, if he will just fulfil the desire of Israel and expose Iran to bombs.

Wonderful Indian writer Arundhati Roy wrote that all our leaders are awful; but as long as they let the West to steal their assets they are safe. Only when they object to it, do they become monsters in the eyes of ever so docile public opinion. We should try to stop this trend; we can't fight off the US Cruise missiles, but we may and must sabotage the Masters of Discourse's most powerful weapon, their mass media brainwashing machine by never accepting their line.

Israel Shamir

6 décembre 2006

Language editing Ken Freeland



08/12/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 831 autres membres