albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

presse tv -syria / le rapatriement des djihadistes français

 

Wed Jan 30, 2019 

 

Les forces américaines et françaises largement positionnées dans le nord de la Syrie. ©Le Monde
Les forces américaines et françaises largement positionnées dans le nord de la Syrie. ©Le Monde

Le retrait des USA de Syrie a-t-il changé les plans militaire de la France? Dans un revirement imprévu, la Macronie a décidé de faire rapatrier les terroristes d'origine française qui se battent depuis 2011 contre l'État et l'armée syrienne et que les amis kurdes de Paris disaient avoir capturés. Alors que dans le temps, le ministre français des Affaires étrangères les qualifiait « d' ennemis de la République», son actuel collègue de l’Intérieur pense aujourd’hui qu’ils « sont d’abord des Français avant d’être terroristes". Le changement de cap est radical. Mais il y a plus. À l'heure qu'il est, la France reste de loin le premier État européen à avoir décidé de rapatrier ses ressortissants terroristes, capturés auparavant par les Kurdes à l’est de l’Euphrate.  

Le daechiste français Jonathan Geffroy, alias Abou Ibrahim al Faransi en Syrie. ©opex360

Un mois après l’annonce du retrait américain de Syrie, la France revient sur l’affaire des "éléments français de Daech", capturés par ses "alliés kurdes" dans le nord de la Syrie. En 2017, la ministre française des Armées, Florence Parly, avait évoqué leur sort en abordant la « préférence nationale » qui nécessite le combat contre les daechistes français « sur place » dans l’espoir qu’ils périssent en pleine guerre. C'est-à-dire qu'ils ne reviennent jamais en France. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait même soutenu la solution « simple » du jugement des terroristes français par les tribunaux soit en Syrie soit en Irak. Mais le revirement commence par ce même M. Le Drian. Interrogé par les médias le 29 janvier, le chef de la Diplomatie française affirme alors ne plus exclure « aucune option à l’endroit des terroristes — hommes et femmes — actuellement détenus en Syrie », laissant supposer que les "loups solitaires" pourraient rentrer au bercail. 

 

L'argument a été repris par le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner, qui en a remis une couche et a affirmé, en écho aux propos de Le Drian, que c’étaient « d’abord des Français » avant de rejoindre Daech, qu’ils rentreront tous en France pour être « jugés ».

 

Lire : Des milliers de personnes ont fui les zones contrôlées par Daech en Syrie

 

À quoi joue la Macronie? 

Selon certains commentateurs, les politiciens français estiment qu’après le retrait des troupes US de Syrie voire de la région, les "terroristes français" risquent de devenir un levier de pression entre les mains du gouvernement syrien. Mais vu le refus obstiné du gouvernement Macron de reprendre la langue avec le gouvernement syrien, les experts ne voient pas trop comment et dans quel sens l'État syrien pourrait exercer des pressions sur Paris.  

 

 

Certains autres commentateurs (taxés de complotisme par la presse mainstream) qui n'ont jamais cru au départ des "jeunes français en Syrie et en Irak" sans l'implication direct des services secrets français, croient au contraire que le revirement de Paris a un usage interne. Car l’idée du transfert des « radicalisés » dans les centres de détention sur le territoire français revient à les radicaliser davantage, alors même que suivant de nombreuses enquêtes, les prisons françaises sont les principaux endroits de radicalisation.

Au moment où la Macronie tente tant bien que mal à contrer la vague grandissante du mouvement des Gilets jaunes, le retour des terroristes pourrait bien servir sa cause. Après tout, des mises en scène similaires à celle de Strasbourg aidera le ministère de l'Intérieur à réprimer plus allègrement la protestation. Selon les chiffres rendus publics par le ministre de l’Intérieur, environ 700 Français sont partis rejoindre Daech au Moyen-Orient dont 300 ont péri sur place. 258 adultes sont encore vivants et la France décide de les rapatrier. Or ces chiffres serait largement inférieur, si on en croit des sources sur le terrain. 



30/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 831 autres membres