albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

Vient de paraître— Oeuvre poétique d'André Laude (1936 -1995) aux Editions de la Différence

Œuvre poétique d'André Laude 752 p., 49 E, Cahier photo. Collection : Œuvres complètes. ISBN : 978-2-7291-1782-5. Editions de la Différence 30, rue Ramponeau, 75020 Paris



« Toute mon expérience poétique s'articule autour de cette perspective : la poésie doit changer la vie. »

Né en 1936 à Paris. Anarchiste à quinze ans, proche des marxistes et des situationnistes, André Laude choisit de défendre la cause des opprimés. L'Algérie sera son premier combat. Arrêté, puis amnistié, il parcourt le monde à la rencontre de ses pairs, écrivains et militants, et participe à la fondation de l'agence de presse nationale d'Algérie. De retour en France, il travaille pour La Tribune socialiste, Le Monde, France Culture avant de connaître une triste fin : « À bout de ressources, socialement rejeté toujours plus loin, malade d'alcool et de désespoir, épuisé physiquement et psychologiquement, André Laude s'est laissé glisser. Le 24 juin 1995, il est parti… »

« Au moment où d'aucuns s'évertuaient à immuniser la poésie contre le lyrisme et les interférences du bruit et de la fureur du monde, il rouvrait les vannes de la subjectivité et imprimait dans la chair du poème les bouleversements tragiques de ce monde. Rebelle fulminant d'un bout à l'autre de sa vie et de son œuvre […] » Abdellatif Laâbi

« André Laude ne possédait rien, à part le malheureux vestiaire qu'il portait sur le dos, rien […] Et, à part son œuvre, il n'a rien laissé : son oeuvre poétique publiée en recueils, mais aussi ses livres, et un volume aussi important de poèmes épars dans une dizaine de revues ou dans des sacs plastiques de grandes surfaces laissés ici ou là en attendant. »
Yann Orveillon

André Laude et la fille du photographe José Galdo au restaurant "Chez Ramona" à Belleville, lors d'un déjeuner organisé par la revue Albatroz (photo Christian Ducasse)

 

¤

 

L'Association des Amis d'André Laude



Paris, Marché de la poésie 2008


André Laude a voué sa vie entière à une poésie ardente, urgente, rivée à la condition humaine, ancrée dans l'universel. Depuis sa disparition, en 1995, son œuvre était en train de sombrer dans l'oubli.
Répondant à « un devoir de mémoire poétique », quelques-uns de ses amis ont pris, il y a près de deux ans, l'initiative de se constituer en collectif et se sont donné pour tâche de réunir ses œuvres en vue de les rééditer. Leurs efforts n'ont pas été vains. Grâce à l'implication fervente des Editions de la Différence dans la défense de la poésie, l'œuvre poétique intégrale d'André Laude va être publiée en un seul volume le 9 octobre 2008.
Par ce tract, nous voulons vous informer de cette importante publication et vous inviter à vous joindre à nous pour lui assurer la plus large audience.
Nous voulons aussi vous informer de la création d'une association des Amis d'André Laude qui a pour but de contribuer à la connaissance de son œuvre et à son rayonnement. Nous espérons créer une revue, un site Internet, et constituer un fonds André Laude : cela est en cours.
Nous rendrons publique la liste des membres du comité de soutien.
Nous demandons à tous les amis d'André Laude d'aider notre association et de nous écrire pour que nous puissions les tenir informés.

Les Amis d'André Laude


P.S. : envoyez votre adhésion avec un chèque de quinze euros minimum à l'adresse suivante : Les Amis d'André Laude chez André Cuzon
12 avenue Dumont 93600 Aulnay-sous-Bois.
acuzon@wanadoo.fr 01 48661888
Vous recevrez le premier Cahier André Laude qui paraîtra en novembre 2008.

 

¤


André Laude / vidéo
 

 
 
 
¤
 
 

ANDRE LAUDE/JEAN-DANIEL FABRE in Guy Darol agitateur conseil

http://www.guydarol.fr/tag/revue%20albatroz

1645820496.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

© Christian Ducasse

Cette image transmise par Christian Ducasse, un ami de Jazz Magazine, me renvoie sur les hauteurs de Ménilmontant, au temps que je collaborais au magazine franco-lusitanien Albatroz. C'est chez Manuel Vaz,  sa maison abritait nos festins, que je vis André Laude (1936-1995) pour la dernière fois. Le voici, en compagnie du poète Jean-Daniel Fabre. André danse avec Joséphine Pannard, peintre et critique à Jazz Hot, Jazz Magazine et Jazzman. Il est heureux André. La scène se déroule dans une cantine proche de chez Manuel. Un lieu où l'on ne faisait pas qu'échanger des propos acérés.

Le poète André Laude, journaliste au Monde et au Magazine Littéraire est l'auteur d'un émouvant récit (presque) autobiographique, intitulé Liberté couleur d'homme (quel éditeur aura la belle idée de rééditer cette merveille ?). Au sujet de sa vie-son oeuvre, François Vignes a publié un ouvrage (presque) biographique. Les Compagnons du Verre à soif (Le Cherche Midi) est un livre qui nous rapproche de Robert Giraud et d'André Hardellet. Quant au puissant et fragile Jean-Daniel Fabre, ses écrits ahurissants avaient paru aux défuntes éditions de L'Instant, sous le titre Il était une fois Jean-Daniel Fabre. Les éditeurs ont du boulot.

Il était une fois Jean-Daniel Fabre

Jean-Daniel Fabre

Editions de l'Instant

Collection Griffures, dirigée par Pierre Drachline

1989

75184650.jpg

Liberté couleur d'homme

André Laude

Editions Encre

Collection Brèches, dirigée par Jean-Pierre Begot

1980

958075834.2.jpg

 

 

 

 

 

¤

 

Couverture du numéro 13 de la Revue ALBATROZ :
24 juin 1995 "André Laude est vivant"

Elle constitue la 1/166 partie du tryptique peint par
Benoit Tranchant et Miguel Amate le 22 juin 1995
au stand d'Albatroz du 13ème Marché de la poésie
Place St Sulpice à Paris

.

Recueils de poésie édités chez Albatroz :

  • Journaux de voyage, Albatroz, 1990, collection Poésie palmipède
  • Feux, cris et diamants, Albatroz, 1993, collection Poésie palmipède

     

    ¤

    (Dernier poème)

     

    Ne comptez pas sur moi
    je ne reviendrai jamais
    je siège déjà là-haut
    parmi les Elus
    Près des astres froids

    Ce que je quitte n'a pas de nom
    Ce qui m'attend n'en a pas non plus
    Du sombre au sombre j'ai fait
    un chemin de pèlerin

    Je m'éloigne totalement sans voix
    Le vécu mille et une fois m'abuse, vaincu.
    Moi le fils des Rois.



  • 20/10/2008
    0 Poster un commentaire

    A découvrir aussi


    Inscrivez-vous au blog

    Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

    Rejoignez les 831 autres membres