albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

général aoun, discours du 1er décembre (extraits)

Discours du général Michel Aoun


Le général Michel Aoun, représentant les dirigeants de l'opposition au gouvernement, a prononcé le 1 décembre, un discours dont voici un large extrait :

Nous restons fidèles à ce que nous avons souscris et promis. Nous ne marchons pas sur différentes routes divergentes mais nous maintenons notre cap droit, et laissons le doute et l’angoisse derrière nous.

Nous saluons tous les présents et les absents et nous aurions souhaité avoir avec nous ce sérail.

Nous ne cherchons pas à accaparer l’autorité, ni d’avoir un poste ministériel ou des intérêts personnels ou sectaires. Nous cherchons à construire la patrie sur des bases solides sans lesquelles elle ne peut tenir.

Nous avons l’intention, la volonté et l’assurance avec la sagesse pour refaire les liens de ce peuple qui n’accepte pas d’autres options.

Malgré l’attention que nous portons à ces dangers qui nous apparaissent momentanées, nous remercions les médias qui cherchent malgré cette rencontre nationale sous le drapeau libanais à avoir des compteurs pour dénombrer quelques milliers de chrétiens et centaines de milliers de musulmans ou de chiites. Honte à vous aujourd’hui, de faire la différence entre une religion et l’autre, une communauté et l’autre. Nous sommes réunis sous le drapeau libanais et sommes fiers devant le monde entier de nos constantes nationales et n’avons pas peur de les montrer.

Nous sommes extrémistes pour notre souveraineté, notre indépendance, et la décision libre. Nous sommes extrémistes pour la modération, pour la vie en commun.

Nous sommes modérés, nous sommes pour la vie en commun.

Nous ne sommes pas pour aller chercher des solutions dans les capitales proches ou lointaines. C’est la décision libre qui doit être recherchée aujourd’hui en se rencontrant entre libanais et en entente ensemble pour rechercher des solutions sur notre politique de défense, interne et extérieure, ainsi que pour les décisions libres.

Cette décision libre ne change pas géographiquement, nous recherchons toujours à sauvegarder nos amitiés.

Nous voulons des amis partout, en Orient et en Occident, à condition qu’ils respectent notre volonté nationale et qu’ils nous laissent à nous même pour rechercher des solutions de nos problèmes.

Tout soutien au gouvernement d’où qu’il vienne est un soutien pour créer des heurts et au dépend de la patrie et de son entité.

Nous considérons tout soutien à ce gouvernement d’où qu’il vienne comme un soutien inamical, pour créer des chocs au sein de la même société, des complots à l’affut de la patrie et de son entité.

Aujourd’hui nous cherchons à revenir à la position de décision, nous pas pour avoir 5 ou 10 postes ministériels mais pour participer à la décision nationale, pour que celle-ci soit propice à la société libanaise, pour la construire et non pour la neutraliser comme disent certains.

Nous ne cherchons pas à neutraliser mais le pendant du gouvernement est là je parle d’un président du Conseil de ministre et non pas d’un président de la république maronite, ou d’un président de la chambre chiite ou d’un président du conseil sunnite, je parle d’un président qui n’appartient pas à une communauté mais qu’au Liban et qui a une appartenance patriotique libanaise et non sectaire.

Si on le critique comme on le fait aujourd’hui par exemple, on ne critique pas un président du conseil sunnite, on critique un président du conseil libanais, qui a fait beaucoup de fautes, pour avoir à sa place un président du conseil sunnite plus expérimenté et plus connaisseur du peuple libanais et de ses problèmes nationaux.

Aujourd’hui nous souffrons de plusieurs maux. On pense que la corruption est de notre sort. La corruption n’est pas notre sort. C’est une acceptation et une résiliation. Nous pouvons réformer la société libanaise et la purifier de la corruption.

Nous sommes aussi par notre volonté pour un Liban libre qui va le rester pour ses fils.

Je vous appelle à soutenir la marche vers le changement et la réforme par la sauvegarde de la décision libre des droits du citoyen, tous les citoyens sans être assujetti à un parti, un groupe de pression ou une communauté. Les droits principaux doivent être sauvegardés pour tout le monde qu’ils soient loyalistes ou opposants.

Il y a un plan de marginalisation dont nous souffrons, comme si ce plan était fait pour rechercher l’affrontement.

Ce n’est pas notre but, nous recherchons l’ouverture et la collaboration pour unifier tous les libanais.

Nous n’accepterons pas la prétention de ce gouvernement d’être celui de l’unité national. Ce gouvernement est anormal. Il transgresse la constitution. Ils doivent consulter la constitution pour que tous les jours pour ils puissent voir qu’ils sont illégaux et pour aller devant la loi.

Je souhaite la présence de tous ces ministres parmi nous et qu’ils ne cachent pas derrière les barbelés et les blindés de l’armée. Celui qui jouit du soutien de son peuple n’a besoin que de quelques gardes pour le protéger d’un fou ou d’un enragé.

Nous persisterons dans notre mouvement jusqu’à l’aboutissement et la réalisation de nos objectifs.

Source :
www.libnanews.com




12/12/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 830 autres membres