albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

jean-daniel fabre — ne touchez pas à Fabre (I)

 Ne touchez pas à Fabre (I)

 

 

 

 

 Je veux que ce livre inspire l'horreur, comme l'apparition de la magie noire et des pandémies et du LSD, afin de toucher du doigt la conscience avariée du siècle. J'ai poussé les choses à bout, c'est le seul moyen de cerner le mal. Je ne saurais le faire sans grand repentir.

 

 

 

 

 la fin de la guerre

 

 

Kyria je vois ton visage bouleversé dans cette ville morte et je suis navré

J'ai trahi

J'ai livré

J'ai perdu

J'ai fait toute la guerre

Et je me demande encore comment je puis survivre au chaos des nations.

 

 

 

prélude

 

 

 

De beau je m'habille ce soir

je me sens bon et j'ai envie de me battre

 

L'imagination a perdu le pouvoir

mais avec des amis sûrs je me suis caché derrière le mont MEZENC

 

et j'attends

 

Satan et Dieu

Un seul gredin

Surgissent de leur repère des îles anglo-allemandes

Depuis le début je sais que cet homme-là veut ma mort.

  

 

le succès des armes

 

 

Figé ou errant, le désir me cerne et me brise

Il m'a chassé de la ville, il m'en rapproche sans cesse

Et me conduit par le détroit de mépris et de douleur

il m'a fixé pour longtemps

C'est un long siège.

 

Celui qui fait toutes ces choses

Celui-là je le prends, je saisis ce qu'il trouble

Et je l'entends dire

Alors la nuit je cherche Kyria

Tout près d'elle je passe en frayage inutiles

Elle enfermée dans cette ville étroite et presque vide

Plantée devant moi comme un Dieu brute

Devant qui je tourne et je rends toutes les saloperies du siège.

 

Nul nom de Dieu

Nul arbre ne me protège

Qu'un amas de pierres concassées

Je rassemble, je force des espèces dérisoires.

 

 

  

prologue

 

 

Je fus dans le préau de l'École Alsacienne

se réunit le grand état-major prussien

À la fin de l'été 1945

Et j'avais imposé à l'ordre du jour le dépistage des simulateurs

Avant même de commencer mon discours

Je fis passer, arraché au cantique de la supérieure de Sainte-Odile

un feuillet traçant la carte de notre inconscient

un arbre à deux branches dépouillé de ses attraits

l'une et l'autre reliant un bordel et une fabrique abandonnée

Réunis de l'autre côté par un œuf maculé de sang

c'est alors que le général Los von Kant pourtant confondu s'est écrié

« Non jamais non je n'ai donné d'ordre de ma vie

et vous le savez que cela m'est impossible

j'ai trop longtemps vécu à Léningrad

pour commettre une chose pareille. »

 

 

 

la fin du socialisme

 

 

Non, Dieu n'est pas si méchant que cela

Staline me le disait un jour, et vous pouvez en être sûr

il ne faut pas croire son demi-frère, qui le disait fourbe et cruel

certes il n'était pas un tendre.

Mais l'assassin de Jaurès, lui, était un doux

c'est un geste si menu d'appuyer sur la gâchette.

 

 

 

cantate à staline

 

 

Mon premier est paralytique

Mon second est épileptique

Et je vis dans la hantise du troisième

 

Tant je suis pris par les événements

Que j'attends la venue du socialisme.

Bientôt Spartacus sera fusillé

Fabius Mort

Et Justus se sera suicidé.

 

Troncs démantelés

Hommes ou femmes tirés par des idoles sadiques

La foule perdant son visage

Se plaque contre les murs à leur passage

 

La nuit, quand je ne veux pas dormir

Je demande leur mort.

 

  

 

le désir et la contrainte

 

 

Morde m'a dit : il n'y a plus de Bon Dieu, demain on rase gratis.

À ces mots, je bondis dans l'escalier ; quand je fus sur le boulevard,

je m'écriais : salaud de Dieu de salaud de Dieu.

Irrité, je l'étais, et furieux.

 

De l'autre côté, de Borco remontait le boulevard.

Ferme, décidé, courageux, plein d'entrain, il clamait :

il crimine paga, il crimine paga.

Quand je fus vis-à-vis, je lui répondis : e lo pagero molto caro,

les flics le laissaient encore passer.

Ce soir, ou il la baise, ou il la tue, se disaient-ils.

 

 

  

kyria

 

 

Très aimée et très attendue Kyria

Pour vous j'ai sauvé la fortune de l'Europe

Elle se cache quelque part à Sceaux les chartreux derrière les tombeaux

J'ai trompé la vigilance des lesbiennes anglo-saxonnes qui montent la

Garde à Heligoland pour maintenir le Trésor de Himmler

De nuit et précipitamment

J'ai ramené à Louxor l'Obélisque dépareillé

 

Je suis Chamahot l'obscur

J'étais consul à Alexandrie.

 

  

 

fragment d'une crucifixion

 

 

Alors le Fils de l'Homme poussa un immense cri

Eli, Eli, Lamma sabachtrani !

un si grand cri que la terre toute entière en frémit comme

d'un frisson d'épilepsie,

un si grand cri que le silence infini en écho plaintif à cette plainte répondit :

mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?

Alors, tous ceux de la terre

les grands et les petits

et la foule à gauche

et la foule à droite

tous ceux-là qui ce matin hurlaient encore « à mort ! à mort !

crucifie-le » insultèrent toujours le Christ.

 

 

  

chamahaudes doed

 

 

Grimpez les escaliers

Ouvrez la porte

Le premier cadavre à gauche c'est moi et c'est Dieu qui m'a foutu là

Dans ce bordel à franzouzes

 

J'étais parti à Dallas disputer les championnats mondiaux

Toute la ville était tenue par la police chrétienne

Et la John Kennedy Society voulait me déporter avec les Juifs

dans une terre de préférence inhabitée située du côté d'Arkhangelsk

Sous la surveillance de la police internationale des mœurs

 

Salauds d'extrémistes !

L'Ombudsman de Stockholm m'a traqué dans toute sa ville

Il avait disposé sur tous les ponts de l'Artilleriegoatan

les colonnes de ses brigades centrales pour tirer sur moi des balles dum-dum

Ils ne m'ont jamais pardonné d'avoir arraché à la reine de Suède la liste de ses péchés et de l'avoir noyée dans le port de Stockholm.

Ils redoutent le jour et l'heure où je livrerai

l'Europe aux colonels mongols pour la faire crever de plaisir

En attendant les Américains refusent toujours de soigner ma maladie

(c'était une syphilis imméritée dans un bordel de la Nouvelle-Helvétie)

Ce qu'ils veulent, c'est retrouver mon corps pour le percer et le transfigurer de toutes parts

for his salvation and souls immortality, ont-ils dit

et leurs kremlinologues veulent s'emparer de mon cerveau pour retenir ma mémoire fantastique

mais commettant ce crime, ils feraient immédiatement resurgir tous les blindés et les navires engloutis pendant la guerre de 39-45 et les morts gelés qui servaient de poteaux indicateurs sur le front d'Ukraine se mettraient aussitôt à parler

Sachant cela, Staline aussitôt fit masser 300 divisions blindées soviétiques dans le Caucase

Ce qui fit réfléchir longuement l'Amérique

Et vraiment ce jour-là Staline dissipa le malheur.

 

Dieu de dieu mes tempes brûlent toujours

et tous les membres de mon corps craquent comme les vieux ponts

usés par la guerre et par l'indépendance

c'est une doctoresse anglaise qui m'a donné les premiers soins.

 

Vingt ans plus tard les extrémistes du 7e jour sont revenus

ils veulent imprimer sur mon front le tau liquide et la croix gravée sur leurs murs d'acier

les cons, ils ne se figurent pas que je suis le soleil !

 

 

 .../...



28/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 828 autres membres