albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

jean sénac, poème

Et maintenant nous chanterons l'amour
Car il n'y a pas de Révolution sans Amour,
Il n'y a pas de matin sans sourire.
La beauté sur nos lèvres est un fruit continu.

Car tout est chant — hormis la mort !

Oui, n'aie pas peur, dis-leur
Que tu es belle comme un comité de gestion
Comme une coopérative agricole
Comme une mine nationalisée.
Osons, ô mon amour, parer de fleurs nouvelles
Le corps du poème nouveau !

La vie récuse l'horreur qui nous a frappés à la source
La parole envenimée dont notre bouche a pris le charme

Jean Sénac. Poète algérien d'expression française (1926-1973)

Né en 1926, à Béni-Saf, près d'Oran, d'une mère célibataire d'origine espagnole. Cette naissance bâtarde marquera son œuvre et sa vie. Il est d'abord instituteur, puis il se rapproche du monde culturel algérien dont il partagera les interrogations et les luttes. Il faisait partie de ces Algériens d'origine européenne qui ont embrassé la cause de l'indépendance de Algérie. On le surnommais, Yahia El Ouahrani.

« Issu d'un milieu ouvrier, il s'intéresse dés l'âge de 12 ans à la poésie. Admis dans l'armée de l'air à l'age de 20 ans, il s'installe à Alger et fréquente les milieux littéraires de l'époque, ce qui lui permet de rencontrer de nombreux écrivains Français et Algériens comme Simone de Beauvoir. Déjà acquis à la cause de l'Algérie indépendante, il participe au lancement de plusieurs revues littéraires dès l'année 1950 avec des écrivains algériens tel que Kateb Yacine et Mohamed Dib et rejoint le FLN (Front de Libération Nationale) en 1955 en France. » (El-Watan)

Poète avant-garde, ami de René Char et d'Albert Camus - avec lequel il a rompu en raison de divergence sur la solution du problème algérien. En 1962, il retourne en Algérie. Toute sa vie a été consacrée à l'art, à la poésie, à la création. Jean Sénac était animateur culturel, conférencier, réalisateur pour la radio, créateur de revue, organisateur de rencontres et d'exposition.

Il s'est peu à peu éloigné du régime dont il avait chanté les louanges à ses débuts. Marginalisé, notamment en raison de son homosexualité, les dernières années de sa vie ont été difficiles. Jean Sénac a été assassiné par des inconnus dans des conditions mystérieuses, la nuit de du 29 au 30 septembre 1973.

« Assassiné. Comme F. Garcia Lorca, M. Feraoun, Pasolini avant lui; T. Djaout, Y. Sebti après lui. À peine reconnu en France, banni par le nouvel ordre algérien malgré sa lutte pour l'indépendance. Dès 1954, Albert Camus - avec lequel il devait rompre pendant la guerre d'Algérie - publia ses poèmes, René Char les préfaça. De grandes ombres les hantent de Verlaine et Rimbaud à Jean Genet. Lecteur, commence par les lettres de Sénac, écrites de 1966 à 1973, pour comprendre les tourments de l'homosexuel émerveillé par la beauté des choses, de l'homme libre luttant contre l'injustice. Tu trouveras ensuite des analyses essayant de transmettre la palpitation de l'oeuvre poétique tendue vers le "corpoème", ou dévoilant les secrets autobiographiques d'un fils sans père, bâtard exclu qui rêve désespérément d'assembler la vie. L'adulte-enfant, orphelin du monde, a quitté la terre en nous laissant ce poème : "Quand je serai mort, jeunes gens,/ Vous mettrez mon corps sur la mer :/ Vous serez des hommes libres/ Vous construirez une culture sans races/ Vous comprendrez pourquoi ma mort est optimiste." Jean Sénac. » (Jamel Eddine Bencheikh, 21 mai 1999)

 



12/12/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 830 autres membres