albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

braz da costa - branco que te queria branco

 san140033.JPG
 
no espaço de escassas semanas, um moço que se denomina a si proprio como "un gamin de 29 ans", impôs-se na cena politica francesa como um dos cabecilhas dos Gilets Jaunes. Transformou as fraquezas inerentes à sua origem de classe, em força introsiva, respeitavel, temida mesmo, dizendo e escrevendo ("Crépuscule", Ed. au diable vauvert, março 2019) com uma aparente franqueza : sou um puro produto do sistema capitalista, moldeado nas grandes escolas do regime, apadrinhado pelos apparatchick em voga e santidade. Mas acabei por escapar-me da gaiola doirada quando ouvi o apelo enfurecido do povo na rua e em amarelo. Sim, é verdade, trai a minha classe mas para servir uma causa mais nobre, a insurreiçao popular, como simples soldado (...ou possivelmente como futuro procurador da nova republica, se o desejarem, evidentemente).
Este fenomeno chama-se Juan Branco [ mae espanhola, psicanalista; pai português, productor de cinema sempre na berra, conhecido por dispor das verbas do governo socialdemocrata para promover aqui e acola, entre outras fanecas, o genial Manoel de Oliveira, realizador de filmes invisiveis. Tais genitores sao gente simples, pequenos entre os pequeno-burgueses, provindos de remotas aldeias ibericas esmagadas pelo sol e pelo fascismo que, escolheram a liberdade nos anos 60 para poisar as malas em cartao em Paris; falidos, sem um testao no bolso ].
O nosso cavaleio andante em ruptura de trajetoria, advogado errante com escritorios em Paris e Madrid, vive agora com o pouco que o estado lhe atribui através do rsa (revenu de solidarité active), subsidio de que é um, entre os demais 1,84 milhoes de beneficiarios actuais (!).  Normalien, enarque, science'popista e outros canudos, foi conselheiro de gabinetes ministeriais, publicista solicitado e reconhecio, emérito redactor de estudos e projectos de encomenda p'ra coloquios mil, acarinhado por mentores celebres na orbita do poleiro, assiduo comensal das mesas mais sumptuosas da capital... [ ah ! quando vocês tiverem a sorte que eu tive, de encontrar jean-luc godard, esse génio sem rival, de frequentar catherie deneuve, essa nossa divina musa ("ce qu'on m'a beaucoup rapproché, d'ailleurs") sem falar ja do bem fadado régis debray, um tipo extraordinario "au langage assez difficile, comme le mien"... ]
Assim, do lupanar burguês, do luxo e da boémia rock'n'roll, o nosso Juan converteu-se, sob o olhar protector das camaras televisivas, no zé do telhado da feroz invectiva, no robin dos bosques, acusador destemido dos negocios sujos do poder capitalista mundialisado ...na pégada de Wikileaks do seu amigo Julian Assange, de quem foi um dos conselheiros juridicos e com quem partilhou riscos indescritiveis que requerem, podem crêr-lo, "des couilles en or massif" (...mas nao digam nada à minha maezinha que nao esta ao corrente destas malandrices... )
Ao ritmo de 5 ou 6 conferencias por dia e, por vezes, em companhia do seu (suposto) socio, Maxime Nicolle, o Fly, proletario GJ da primeira hora, Juan percorre a França de lés-a-lés instando as assembleias a fazer a revoluçao JA ! E jà, quer dizer nesta proxima quarta-feira, 1° de Maio do ano da graça 2019. Bom, nao dispomos de muito tempo pela frente, rapaziada ! mas custe que custar vamos aproveitar de estarmos todos juntos na rua para... reparem, so da Alemanha vao aparecer 2 mil a 2 mil e quinhentos guerreiros dispostos... e PUMBA ! deitamos o governo abaixo num abrir e fechar d'olhos. E depois, QUE FAZER ? Adoptaremos uma série de medidas cidadas urgentes, indispensaveis, positivas. Na enfilada, ja estao preparadas uma outra série de receitas concebidas brilhantemente pelo jurista Etienne Chouard, pai denodado e estudioso do RIC (référendo de iniciativa cidada) e tantas outras babuzeiras genuinamente democraticas que, antes de mais, nos vao secorrer na hora H, para evitarmos O COLAPSO DO ESTADO. Nada de rupturas intempestivas. Continuidade... mas na companhia de gente de bem, personalidades reconhecidas, honestas, respeitaveis, que assumirao a direcçao do Conselho de Transiçao.
Mas atençao pessoal ! a partir de agora, vamos evitar de falar das violencias policiais. Os nossos policias, se bem que manipulados docilmente pelo governo, sao honestos funcionarios que juraram fidelidade à republica e com quem podemos contar, sempre ! Nao nos enganemos de alvo, os nossos inimigos sao as pseudo-elites corrumpidas ao serviço da oligarquia instalada à cabeça do aparelho de estado. Nao, nao... a Europa e a dominaçao do euro nao sao um real problema... a Nato nao tem nada a ver com o assunto... Nao, nao, o lobby sionista, o crif é um conhecido fantasma complotista;  rothschild, soros, a maçonaria, etc... balelas !

E sobretudo pessoal, vamos ESQUECER as eleiçoes europeias do 25/26 de maio, vamos passar por cima, NAO VAMOS VOTAR ! e se o Macron acabar por ganha-las, em  parte por causa da nossa abstençao, que importancia tem tal promenor perante as heroicidades que mais alto se perfilam na nossa linha de horizonte ?!... O importante é a REVOLUCAO neste 1° de Maio, de preferência ...ou, se nao estivermos inspirados, nos dias seguintes. Amigos, au boulot !"

 Ora bolas, Juan ! fico de boca aberta com tanta malabarice, tu que pretendes lavar mais branco que branco, afinal com que cores te abotoas, homem d'um raio ? Braz da Costa
 
 
 san140033.JPG

Crépuscule ou l’erreur de la confusion. À propos de l’idole Branco 

point de vue anar / rebelyon.info 

 
 

Il y a quelques jours encore était prévu le passage sur Lyon de Juan Branco pour plusieurs rencontres, à l’invitation notamment du collectif Le Vent se lève de Science-Po Lyon et des Amis du Monde Diplomatique. Cette série de rencontres, annulées depuis, s’inscrivaient dans le contexte d’exposition médiatique de Juan Branco et du succès en librairie de son dernier ouvrage, Crépuscule
Il nous parait important, au vu du succès que connait cet auteur, y compris chez nos camarades, d’éclairer un peu ce personnage et ce qu’il concentre, selon nous, de la confusion politique du moment.

L’invitation de Branco à Lyon a été l’occasion de découvrir la méconnaissance de nombreu.se.s camarades à son sujet, voire la sympathie qu’un certain nombre ont pu avoir pour cet auteur à la lecture de son dernier ouvrage. Or les raisons de rejeter ce triste sire loin de nos luttes et de nos grilles de lectures politiques nous paraissent nombreuses. Nous en détaillons certaines ici. Elles s’inscrivent pour la plupart dans un courant confusionniste diffus, dont on peut notamment observer la propagation en parallèle — et au sein — du mouvement des gilets jaunes. Ce courant confusionniste, Branco l’incarne parfaitement. C’est sans doute pour cette raison qu’il rencontre un grand succès en librairie et sur les réseaux sociaux.

Pourquoi la rhétorique de Branco est mortifère pour nos luttes

Parce que sa rhétorique oppose un peuple fantasmé à une oligarchie, plutôt que d’opposer des classes sociales aux intérêts divergents ou de dévoiler les mécanismes de domination capitalistes [1].

Parce qu’il pense qu’il faut s’entendre avec tout le monde, Branco est prêt à s’allier avec des complotistes très droitiers dont il est proche, comme Étienne Chouard [2] ou Maxime Nicolle [3], ou à dialoguer avec les soutiens de Marion Maréchal le Pen [4].

Parce qu’il préfère diffuser des explications simplistes et grossières (une oligarchie endogame et moralement corrompue qui serait responsable de tous les maux de notre société) plutôt que d’inviter à réfléchir aux sources complexes de la situation actuelle et aux moyens d’en sortir. Se focaliser sur "l’oligarchie" ou "les 1%" [5] comme le fait Branco, c’est affirmer qu’un petit patron de droite partagerait les intérêts d’une personne au RSA. Qui peut croire à cette farce ?

Parce qu’il embrasse l’idée de souverainisme comme si elle était neutre politiquement, alors même que toute souveraineté suppose le principe et l’exercice d’un pouvoir suprême, et qu’il oppose prétendument la souveraineté populaire à la souveraineté nationale, comme si la première n’ouvrait pas insidieusement la voie à la seconde.

Parce qu’il est prêt à utiliser n’importe quel moyen, pourvu que le résultat apporte de l’eau à un moulin dont les fins paraissent pourtant bien peu claires, comme ce fut le cas avec l’outing d’Attal [6].

Parce que la seule solution qu’il entrevoit à la crise actuelle est de s’en remettre à des hommes providentiels, qu’il aimerait incarner avec quelques autres.

Parce qu’il recourt à une rhétorique complotiste du type "on nous cache tout, mais je vous le dévoile", alors que ce qu’il révèle tient plus souvent de l’évidence [7] ou des focalisations sur des détails personnels plutôt que des fonctionnements structurels [8].

Parce que son principal argument de vente, la posture de l’intellectuel opprimé par les médias — situation pourtant démentie par son actuelle visibilité ou les ventes de son livre [9] — s’inscrit dans le pur style des intellectuels réacs, de Zemmour à Asselineau en passant par Finkielkraut.

On pourrait continuer longtemps, et l’article n’y suffirait pas. Nous nous proposons dans les parties ci-dessous de mettre en lumière quelques éléments et critiques, sur son dernier ouvrage, sur ses pratiques politique, sur sa proximité avec Assange et sur sa récente vidéo décrivant la place qu’il se donne d’ores et déjà dans la révolution qu’il fantasme.

Crépuscule, un ouvrage très discutable

C’est principalement via son ouvrage Crépuscule, succès de librairie édité aux éditions Au Diable Vaubert et aux éditions Massot, que Branco a accédé à la célébrité. Un ouvrage que de nombreux camarades ont lu, et que d’autres vendent.

Quelques analyses critiques de l’ouvrage de Juan Branco sont parues :
Crépuscule : Juan Branco découvre la lune Joseph Confavreux, Mediapart, 25 avril 2019 ;
« Crépuscule », pamphlet fascisant, Geoffroy de Lagasnerie sur son blog chez Mediapart, 14 avril 2019 ;
« Crépuscule » de Juan Branco, ce qu’il faut garder et ce qu’il faut jeter, Antoine Hasday, Slate, 26 avri 2019.

Le pamphlet de Juan Branco, mauvais digest de Gala et du Comité invisible, gâche la critique radicale nécessaire de Macron, de l’oligarchie et des médias. Le succès commercial de Crépuscule tient non à ce qu’il révèle, mais à ce qu’il incarne d’un air du temps confus et frelaté, selon lequel tous les chats sont gris. [---]
Si la trajectoire peut être jugée plus sympathique que celle d’un jeune ministre témoignant de l’absence d’armature et d’engagement politiques des cadres entourant Macron, Branco, formé à la même école qu’Attal, continue en réalité à raisonner comme lui. Individualiste forcené et prenant de haut autant les structures socio-économiques qui déterminent les inégalités que les forces collectives qui pourraient affronter les puissants, il pense, à chaque instant, être le meilleur, y compris dans la catégorie "radicalité"

Joseph Confavreux

JPEG - 47.4 ko
Début mai, sur les murs du métro parisien.

Outing, âgisme, sexisme, etc. Sa fin justifie tous les moyens

Tout est énoncé à travers un vocabulaire bien connu et clairement identifiable politiquement (l’extrême droite) de la tare morale, de la dégénérescence, de la pourriture, de la compromission, de la magouille, de la mafia...
Ajoutez à ça les pulsions misogynes et âgistes de l’auteur (voir le tweet de Branco sur Brigitte Macron comme «mère de substitution» de son mari : «
Je m’appelle Emmanuel, je suis un enfant-roi mal dégrossi qui s’est marié à une mère de substitution pour pouvoir rester dans un fantasme de toute puissance»
[---]
Ajoutez aussi –- car tout y est — ses pulsions homophobes, qui transparaissent dans une note où l’effondrement de notre civilisation est associé à deux figures gay — Gabriel Attal et Edouard Louis — si dissemblables qu’on se demande ce qui peut les réunir si ce n’est l’homophobie de l’auteur et le vieux thème de la décadence homosexuelle.

Geoffroy de Lagasnerie

On pourrait ajouter un certains nombres de comportements, révélés par l’Express [10], qui devraient lui valoir une exclusion d’office des lieux militants : outing par tweet de Gabriel Attal (qu’il s’agisse d’un ennemi politique ne rend pas l’outing contre la volonté de l’intéressé plus acceptable [11]), sexisme (notes sur le physique de ses camarades de lycée sur son blog, commentaire façon Ligue du Lol en dessous), etc.

On oublie également un peu vite son coté carriériste et sa proximité avec le pouvoir PS : il était assistant parlementaire de la députée PS Aurélie Filippetti durant la campagne présidentielle de 2012. Aux élections suivantes il est candidat LFI aux législatives (il est à l’époque l’avocat de J.-L. Mélenchon).

Pour cerner le personnage et sa grille d’analyse politique, on vous incite également à aller lire « Caillasser » la CGT ? Réponse à Juan Branco par Guillaume Goutte, Mediapart, le 14 avril 2019 (De quoi comprendre pourquoi la Bourse du travail et la CGT ont finalement refusé sa présence dans leurs murs).

Assange, sulfureux client

Branco devait notamment venir à Lyon à l’invitation du collectif Le vent se lève [12] pour parler de Julian Assange, dont il est un des avocats. Ce qui impose de dire deux mots de ce dernier.

Celui-ci est accusé de viol par deux femmes suédoises, et la principale ligne de défense sur le sujet oscille entre présenter cette accusation comme un complot (dans le plus pure style de double victimisation) et dédouaner Assange du crime dont on l’accuse au motif que ce ne serait pas grave eu égard aux actes de bravoure en faveur de la liberté d’expression réalisés par ce dernier.

Le héros de WikiLeaks, c’est comme cela que Branco présente Assange le plus souvent [13]. Pour un avocat qui se prétend de gauche et militant, ce choix de client laisse pourtant dubitatif... Lorsqu’Assange était à sa tête, WikiLeaks pratiquait une transparence à degré variable politiquement très contestable. Quelques éléments empruntés aux camarades de Lignes de crêtes :

Accusations de viols; antisémitisme (en 2010 la collaboration avec le négationniste Israel Shamir), l’antisémitisme encore en 2016 avec ces tweets, son rôle dans le climategate (et l’échec du sommet de Copenhague), les erreurs et les failles de protection des sources qui ont conduit à l’arrestation de Manning, le sexisme bien pervers du style "Marine le Pen n’a pas été élue parce que c’est une femme», le refus de se soumettre à la justice pour faire face aux accusations de viols, l’utilisation de WikiLeaks, sa structure et son prestige pour se protéger des accusations de viols (essayant même de vider les comptes de l’organisation pour payer sa caution); balancer aux Talibans le nom des Afghans sympathisants ou travaillant avec les US, balancer la correspondance avec nom et adresses d’électrices turques; jusqu’à la maltraitance de son chat… (...)
Dans cet article de The Intercept (journal qu’on pourra difficilement soupçonner d’être anti-wikileaks) on a un aperçu de ce que représente des discussions avec Assange dans un groupe interne. Assange y apparaît antisémite, gavé de masculinisme, fustigeant les prédatrices membres des clitératis» et «l’industrie de l’accusation hautement profitable» en commentant une photo de l’avocate de son accusatrice, commentant l’appareil génital (masculin) de Chelsea Manning et son chromosome Y, blaguant sur l’acronyme FUBAR (Fucked Beyond All Recognition) au sujet de Hillary Clinton…

Bref, Assange est tout sauf un héros de la liberté d’information et franchement un sale type... mais ça, vous ne l’apprendrez pas en écoutant Branco. Après tout, c’est logique, c’est son conseiller juridique.

Quand Branco se rêve en procureur révolutionnaire

Branco a un égo monstrueux qui, lorsqu’il se mélange avec son imaginaire totalement mortifère, donne des choses franchement flippantes. Dans une vidéo mise en ligne le 28 avril (on vous déconseille de la regarder, ça donne la nausée), il imagine la chute du gouvernement Macron et se rêve en procureur du tribunal révolutionnaire à venir, tel un Fouquier-Tinville contemporain [14].

S’adressant à un public qu’il imagine composé de gilets jaunes, Branco ne rechigne ni sur le lyrisme ni sur les promesses de vengeance. Morceaux choisis.

Mon intérêt dans tout ça, ce serait d’un jour devenir un de vos procureurs. C’est-à-dire, en votre nom... d’être un de ceux qui permettraient de mettre ces personnes-là en prison (Note des auteu-rice-s : c’est-à-dire le gouvernement et plus généralement l’oligarchie qu’il dénonce — c’est diablement trumpien). Il faut penser à la création d’un tribunal populaire, un tribunal révolutionnaire, un tribunal républicain. Il faudrait revenir à une forme de démocratie avec des jurys citoyens, tirés au sort, avec un procureur qui soit élu, avec un juge qui n’ait pas le droit de prendre des décisions mais qui soit là pour aider, accompagner les citoyens qui seraient jury. Ce tribunal aurait deux fonctions. D’un côté juger les responsables des malversations et des corruptions dont on parle, des prédations de nos biens, des biens communs. De l’autre les responsables des violences, des mutilations, des éborgnages, des arrestations arbitraires. [15]

Au passage, il en profite pour réaffirmer ses sympathies avec Étienne Chouard, qu’il verrait bien présider le Conseil constitutionnel [16].

Il faudra ensuite remplacer le Conseil constitutionnel, s’assurer que ce ne soit plus ces hommes politiques politiques... il faudra le remplacer par quelque chose d’assez simple avec des citoyens tirés au sort et on pourrait proposer à quelqu’un comme Étienne Chouard de prendre la présidence de cette institution, mais sans droit de vote. Pour qu’il fasse ce qu’il fait depuis des années à cette fin, qu’il propose des ateliers constituants, pour aider les citoyens tirés au sort à comprendre la fabrique de la loi, et leur donne la méthode pour le faire.

Au milieu de ça, Branco répète comme a son habitude qu’il faut discuter avec tout le monde... Il précise aussi que son objectif est avant tout d’éviter que le système étatique ne s’écroule, ce qui, d’un point de vue anarchiste, est un propos strictement anti-révolutionnaire. Et il finit par annoncer qu’il prépare des listes de personnes (membres de l’oligarchie qu’il dénonce) que son tribunal populaire sera chargé de juger. Aux cibles qu’il vise et qui seraient tentées de fuir, il adresse un message menaçant : ce ne sera pas possible. Comment les en empêchera-t-il ? Il ne le dit pas. Mais, pour le dire tout net : ça sent très, très mauvais.

Je ne suis pas d’accord avec ceux qui veulent faire des chartes des gilets jaunes car on a le droit d’avoir des valeurs différentes. Il y a des gens qui ont des idées très très différentes dans ce mouvement et il ne s’agit pas de prendre la parole de l’ensemble des français. (...) Il y aurait un conseil de transition. Quelles sont les personnes les plus respectables et qui seraient les plus à même pour nous assurer que ces personnes ne seraient pas la pour prendre le pouvoir, que l’État ne s’écroule pas? Je pense qu’il faut qu’on commence à faire des listes. De la même façon que je commence à faire des listes des personnes qu’il faudrait accuser. De la même façon que je fais des listes de mesures pour s’assurer que l’oligarchie perde le pouvoir très rapidement. (...) En Algérie, les grandes fortunes ont été arrêtées quasiment au moment ou la révolution commençaient et alors qu’elles essayaient de fuir. Moi, je tiens à dire à ces personnes-là qu’elles ne pourront pas fuir.

Tout ceci est mis en avant pour éviter qu’il y ait un effondrement du système étatique [17]. Branco se faisant ici l’apôtre d’un des sujets majeurs du débat public, le thème de l’effondrement, et se présentant comme le rempart qui l’empêcherait. C’est grotesque, mais révélateur. Branco se révèle comme ce qu’il est : un mégalomane réactionnaire qui ne rêve pas de grand soir mais plutôt de couper des têtes et de prendre le pouvoir. Rappelons lui que Fouquier-Tinville finit, comme ceux qu’il fît condamner, guillotiné sur la place de Grève...

Branco et ses clones, hors de nos vies !

En synthèse, les raisons de combattre les idées de Branco et de refuser sa présence, et celles de ses bouquins, dans nos lieux de luttes nous paraissent nombreuses et évidentes. Dans une période où les frontières politiques sont parfois floues, pour le meilleur mais surtout pour le pire, à nous d’être clair.e.s sur les idées que nous mettons en avant et les personnes que nous acceptons — ou non — dans nos cercles politiques. Dans un monde virtuellement renversé, Branco est un moment du faux. Parce que les idées qu’il exprime ont le vent en poupe (Michéa, Lancelin ou Chouard, pour ne citer qu’eux, en véhiculent de similaires), il est plus que nécessaire d’œuvrer à les combattre, au sein de notre famille politique comme en dehors.

Des camarades anti-autoritaires lyonnais.e.s

 

Notes

[1Comme le remarquent les camarades de Lignes de Crêtes, « le remplacement de l’analyse des rapports de domination capitaliste au profit de la dénonciation d’une oligarchie mondialiste est une tendance lourde » chez une partie de la gauche et elle relève d’un vieux réflexe antisémite.

[2Voir notamment la vidéo du 28 avril dernier, dont le contenu fait l’objet du dernier chapitre du présent article. Pour ceux qui ne connaissent pas Étienne Chouard, vous pouvez retrouver des décryptage de sa pensée sur le site de La Horde qui recense de nombreux article à son sujet.

[3Juan Branco s’affiche comme proche de Maxime Nicolle dont il est également l’avocat. Ce dernier, un temps figure du mouvement des gilets jaunes, s’est illustré par le passé dans des délires complotistes, sur des "réseaux de riches pédophiles protégés par l’Etat", voit l’attentat de Strasbourg comme une manipulation étatique, et relaye les délires de l’extrême droite sur le pacte de Marrakech (source).

[4Juan Branco ne voit aucun problème à donner, le 5 février dernier, une interview au site l’Incorrect, média de la droite dure, soutien de Marion Maréchal Le Pen (ou vous épargne le lien vers ce torchon). Quelques semaines plus tôt, Alexis Corbière et Thomas Guénolé avaient fait un choix similaire en s’exprimant dans les colonnes de l’hebdomadaire d’extrême droite Valeurs Actuelles.

[5D’une certaine manière, il s’agit d’une réactualisation du vieux mythe des « Deux cents familles », propagé dans les années 1930 à la fois par une partie du Front populaire et par l’extrême droite.

[6L’Outing est le fait de révéler l’homosexualité, la bisexualité ou la transidentité d’une personne sans son consentement. C’est ce que Juan Branco a fait sur Twitter en octobre dernier, au sujet de son ancien camarade de collège, Gabriel Attal, membre du gouvernement Macron.

[7Sa dernière révélation est qu’Édouard Philippe serait proche du patronat, de quoi faut-il s’étonner alors que l’intéressé est un avocat d’affaires passé par chez Areva ?

[8Les relations amoureuses de tel ou tel qui expliqueraient une position quand celle-ci découle davantage d’une proximité idéologique et sociale.

[9Selon une émission de France Culture consacré à Crépuscule, l’ouvrage s’est, dès le mois d’avril, écoulé à plus de 20 000 exemplaires, et 50 000 exemplaires auraient déjà été commandés par les libraires.

[10Cet article a fait l’objet d’un droit de réponse de l’intéressé puis d’un second article de l’Express : Les réponses de L’Express à Juan Branco

[11Voici la justification qu’en donne Juan Branco dans les colonnes de l’Incorrect, journal d’extrême-droite, tenez-vous bien : "Cette orientation sexuelle étant institutionnalisée, la question de sa révélation dans l’espace public ne doit plus se poser"

[12Le vent se lève est un collectif étudiant, sur lequel il y aurait fort à dire sur le plan du confusionnisme, mais c’est un autre sujet (une visite sur le site devrait suffire à vous permettre de saisir l’ampleur du désastre).

[13Lire par exemple le dernier article de Branco sur Assange, paru dans le numéro de mai 2019 du Monde Diplomatique.

[14Antoine Quentin Fouquier de Tinville (1746-1795) a la particularité, comme Branco, d’avoir grandi dans la classe dominante et d’être devenu magistrat avant de se présenter en révolutionnaire. Il est surtout connu pour son rôle d’accusateur public, violent et arbitraire, du Tribunal révolutionnaire pendant la Terreur.

[15Cet extrait, comme les deux qui suivent, sont des retranscriptions de la vidéo du 28 avrilmentionnée plus haut.

[16Chouard s’illustrait au même moment au micro de Sud Radio en affirmant qu’il devrait avoir le droit d’être antisémite et que "personne n’a de haine des juifs"... sacré pédigrée pour un futur président de Conseil constitutionnel.

[17Branco est un étatiste convaincu, pas bien révolutionnaire quoi. Cet étatisme se retrouve dans son bouquin, par exemple page 311 où il écrit « Comment ne pas appeler à une destitution et un bouleversement institutionnel qui nous permette enfin, par un régime parlementaire approfondi, de rendre au peuple ses propres outils ? »

 

 

 

dans la même d'idées, RM spécule sur LeurDame, ainsi :

 

EMMANUEL MACRON N’A PAS D’ARGENT MAGIQUE MAIS IL FAIT RUISSELER L’ESPÉRANCE !

Par Raymond Macherel

paru dans lundimatin#191, le 13 mai 2019
 

La cathédrale — œuvre humaine, trop humaine — était encore en proie aux flammes que Bruno Jeudy, rédacteur en chef de Paris-Match, instrumentalisait déjà l’événement en publiant un tweet en forme de bulle papale : « Nos racines chrétienne en flammes. Sidération. »

Bruno Jeudy est l’éditorialiste en chef d’un des magazines les plus lus de notre pays, soudain monté en chaire. L’un des phares de la cléricature médiatique certes, mais patron d’une presse profane arrosée d’argent public.

Et pourtant. Il professe le dogme. Il le proclame sans détours. Ce n’est pas le bâtiment religieux qui brûle, le monument, le chef-d’œuvre construit pierres après pierres par des milliers d’hommes depuis le premier moyen-âge ! L’œuvre sociale grandiose célébrée par le non moins monumental Victor Hugo ! La splendeur architecturale visitée par les guides touristiques du monde entier ! Ce n’est pas tout cela qui s’est embrasé devant nos yeux incrédules, c’est quelque chose de plus grand, de plus profond, de plus spirituel qui couve sous la braise, qui plonge dans l’éternité et la gloire, une sorte de sève du peuple de France : « Nos racines chrétiennes. »

« Sidération ». En effet, les valeureux pompiers de Paris n’avaient pas encore circonscrit l’incendie et empêché l’effondrement de la cathédrale, que des trombes de ferveur religieuse et de cléricalisme s’abattaient sur nos écrans et tablettes, à la radio, à la télévision. Le président des États-Unis d’Amérique, Donald Trump, n’avait pas finit de s’interroger sur l’absence de canadairs dans le ciel parisien, qu’une pluie soudaine de tweets et de commentaires, venus d’éditorialistes et de politiciens opportunistes, tentait de submerger l’émotion populaire en imposant leur lecture de l’événement.

Car comment ne pas être sidéré par ce déluge d’instrumentalisation devant le feu ravageur et son terrible cortège de décombres. Et par les manœuvres de qui, les jours suivant, soufflant sur des braises encore chaudes, empoignait à bras-le-corps le choc des civilisations pour inciter à une fantasmatique « union sacrée ».

Emmanuel Macron fut ce soir-là parmi les plus rapides à mettre en scène des propos de compassion, entouré de quelques figurants du sabre et du goupillon, et d’un personnel politique accouru toutes affaires cessantes. Devant la cathédrale embrasée, sous les crépitements photographiques, les micros de TF1 et de RTL bien visibles dans le cadre, son discours en direct de l’« épicentre » en éclipsait un autre, qui aurait dû être diffusé en différé pour clore le fumeux « grand débat ».

Parce que « c’est notre destin ! », a dit le président. Parce que cette cathédrale Notre-Dame, comme aux grandes heures de l’histoire, devant laquelle Macron se pousse du col, outragée, brisée, martyrisée, « nous la rebâtirons. » Amen. Les prières et le pognon des plus désintéressés à se refaire une réputation.

Peu importe si « chaque monument de civilisation est en même temps un monument de barbarie » (Walter Benjamin, Thèses sur le concept d’histoire (1940), d’après Google), il faut glorifier la gloire en prime time plutôt que de s’incliner devant la vanité des choses humaines.

Le discours d’Emmanuel Macron le lendemain, mardi 16 avril, adressé depuis le sommet de la pyramide — et même un peu plus haut encore — à notre « peuple de bâtisseurs » va plus loin encore : « Cette nuit, nous sommes entrés dans cette cathédrale qui est celle de tout un peuple et de son histoire millénaire. […] Je crois très profondément qu’il nous revient de changer cette catastrophe en occasion de devenir tous ensemble, en ayant profondément réfléchi à ce que nous avons été et à ce que nous avons à être, devenir meilleurs que nous le sommes. »

Il prétendait déjà transformer la « colère » des gilets jaunes en « solutions », comme si un DRH s’était entiché d’appliquer Nietszche pour faire œuvre de comptable. Mais voilà que l’« occasion » qui se présente, après la « catastrophe », est trop belle. Et l’on se demande combien de circonvolutions le choix de ce mot a dû produire dans l’esprit et le cœur du faiseur de discours de Macron, et de Macron lui-même, célèbre disciple de Paul Ricœur, n’est-il pas.

« Tous les bâtiments, depuis la charretterie jusqu’à la bouillerie, avaient besoin de réparations. », écrit Flaubert dans Bouvard et Pécuchet. Et Emmanuel Macron de conclure, l’air pénétré et grave, faisant sonner les mots aussi fort que des cloches : « Je partage votre douleur, mais je partage aussi votre espérance ». Ah, l’espérance ! Voilà le mot qu’il fallait à cet endroit de son « adresse à la Nation » ! Voilà ce que tout un peuple voulait entendre pour retrouver « foi » dans l’avenir…

Car l’espérance, c’est ce que l’on donne quand on n’a rien d’autre à offrir, c’est ce qui ne mange pas de pain, c’est ce qui creuse un puits sans fond dans l’esprit des pauvres hommes. S’il n’y a pas d’« argent magique », si les pauvres coûtent un « pognon de dingue », que ruisselle enfin l’espérance !

Emmanuel Macron n’est que le nom de l’un de ces bâtisseurs de syllogismes à longueur de drames. Depuis que la guerre mondiale a commencé avec les tours jumelles, depuis « Charlie » chez nous, ils traquent l’ennemi derrière le bouclier du consensus, profitant de ce qui est capable de créer une émotion planétaire.

Car ceux qui ne pleurent pas sont infâmes. Ceux qui aiment les cathédrales et ne célèbrent pas « nos racines chrétiennes » sont des barbares. Et ceux qui pleurent pour d’autres choses, nous les ferons pleurer toutes les larmes de leur corps au moyen de gaz lacrymogènes.

Ceux qui pointent l’indécence des manipulateurs médiatiques, des pervers qui nous gouvernent, sont des ennemis de cette France éternelle qui a neuf siècles d’âge, neuf siècles d’amour, neuf siècles de gloire. Nous rebâtirons Notre-Dame contre les obscurantistes de la lutte des classes. Et après nous, le déluge.

Finalement, rien n’est plus urgent que de réduire les résistances, d’intimider ceux s’opposent, de placardiser toute idée d’alternative. Et, dans le même temps, de célébrer le mouvement perpétuel du capitalisme destructeur et reconstructeur. L’incendie de Notre-Dame doit, comme d’autres événements terribles et mortifères, laisser retomber un épais tapis de cendres sur l’urgence des questions sociales, qui brûlent pourtant.

« Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure. »

Victor Hugo ne peut plus lutter contre BFM TV et Brut officiel : « Ça va s’effondrer, ça s’effondre, c’est terrible... » Et les images tiennent notre attention debout, quand tout s’effondre pourtant, et que la vie désire de toutes ses forces vivre dignement parmi les splendeurs des œuvres humaines qui nous relient.

La cathédrale en flamme figure cette plaie béante au cœur du monde. Toute complainte qui se détourne est indigne. Toute souffrance qui crie détresse alentour doit la boucler.

Réécoutons une dernière fois ce qu’Emmanuel Macron prêche au-dessus des cendres fumantes. On dirait Charlemagne devant le ravin de Roncevaux, et ce n’est pas rien de s’improviser herméneute devant l’immensité des siècles : « Il nous revient de retrouver le fil de notre projet national, celui qui nous a fait, qui nous unit, un projet humain, passionnément français. » Sonnez trompettes, sonnez clairons, chacun de ces mots choisis sonnent aussi creux que la pire des propagandes.

Il est à parier que le président de la République, au moment où il pleurait la cathédrale, n’ait eu aucune pensée pour cet autre monument de l’histoire de France, peut-être le plus humain, le plus révolutionnaire et le plus ambitieux que notre « peuple de bâtisseurs » aient jamais construit au fil des siècles... Un monument de 70 ans d’âge, qui existe pour que nous vivions toutes et tous au mieux, la Sécurité Sociale !

Nous ne laisserons jamais dire, rappelant des heures funestes qui conduisirent à la guerre, plutôt les pierres que sortir le peuple de la misère !

 


03/05/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 828 autres membres