albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

LEAP/E2020 : le dollar US plongera en avril

LEAP/E2020: Le dollar US plongera en avril.

Guerre commerciale Chine-USA.

La bourse...

Le Laboratoire Européen d'Anticipation Politique confirme l'entrée des États-Unis dans une Très Grande Dépression.

GEAB N°13 est disponible ! Crise systémique globale / Immobilier, institutions financières, marchés boursiers, consommation, devises : La contagion s'étend !

LEAP/E2020: Le dollar US plongera en avril. Guerre commerciale Chine-USA. La bourse...
 
Comme l'a annoncé l'équipe LEAP/E2020 ces derniers mois, les Etats-Unis sont bien en train de s'enfoncer dans la « Très Grande Dépression » de 2007, et, comme indiqué dans le GEAB N°12, le point d'inflexion de la crise systémique globale se confirme pour le mois d'Avril. Les semaines à venir vont être caractérisées par une extension de la contagion de la crise immobilière à l'ensemble de la sphère financière et à la consommation des ménages américains, entraînant de sévères conséquences sur les résultats de nombreux secteurs économiques aux Etats-Unis et sur le Dollar US. Parallèlement ces tendances vont considérablement accélérer la montée en puissance de la guerre commerciale trans-pacifique dont, dès Décembre 2006, LEAP/E2020 annonçait qu'elle allait être l'une des dominantes de 2007.

Les quatre directions de la contagion :
1. Les bourses mondiales : Premières victimes du début de la guerre commerciale Chine-USA
2. Crises immobilières : Au-delà des « prêts-à-risques », l'ensemble des opérateurs financiers impliqués dans le marché américain entraînés dans une spirale infernale
3. Dollar (et monnaies associées) : Le nouveau plongeon d'Avril 2007
4. Consommation US : L'exode des grandes entreprises hors du marché US

Dans ce communiqué public, l'équipe de LEAP/E2020 a décidé de présenter la première des quatre grandes directions de la contagion en cours.


Les bourses mondiales : Premières victimes du début de la guerre commerciale Chine-USA
Pour les chercheurs de LEAP/E2020, il est significatif que l'actuelle crise boursière mondiale ait été initiée en Chine par la baisse brutale (près de 10%) de la bourse de Shanghai suite à des déclarations des autorités chinoises visant à limiter la spéculation boursière. Outre le fait que la chute des bourses mondiales consécutives à celle de Shanghai illustre l'importance désormais centrale de la Chine dans l'économie globale, il serait très surprenant que les autorités chinoises aient commis un « faux pas involontaire » en déclenchant cette crise, comme par hasard à la veille de l'arrivée du Secrétaire d'Etat américain au Trésor, Hank Paulson, en Asie. On a pu constater combien le contenu de sa tournée asiatique s'est trouvé profondément modifié par la crise boursière mondiale : venu sermonner les partenaires économiques des Etats-Unis dans la région et en particulier donner des leçons de bonne gestion monétaire et financière à la Chine, il a essentiellement passé sa semaine à rassurer l'Asie sur la solidité de l'économie US et l'absence de risques monétaires et financiers générés par cette baisse de Wall Street et la crise des prêts immobiliers à risque.

LEAP/E2020: Le dollar US plongera en avril. Guerre commerciale Chine-USA. La bourse...
Rappelons-nous que c'est une déclaration du gouverneur de la Banque centrale chinoise sur la diversification des réserves de devises du pays hors du Dollar US qui avait en Novembre 2006 déclenché la baisse brutale du Dollar US vis-à-vis de toutes les grandes devises (avec notamment le passage de la barre des 1,30 du taux EURUSD) avec déjà en perspective, comme par hasard, une tournée de Hank Paulson et autres responsables américains en Chine. La Chine persiste d'ailleurs dans cette direction puisque les autorités de Pékin viennent de créer un fond d'investissement pour mieux gérer leurs réserves en devises (1).

Les responsables chinois espèrent ainsi envoyer à Washington des messages clairs destinés à faire réfléchir à deux fois les responsables politiques des Etats-Unis avant qu'ils n'engagent leur pays dans une série de mesures protectionnistes qui affecteront directement les exportations chinoises (et également japonaises) (2). C'est en effet dans les toutes prochaines semaines que le Congrès américain, emmené par les Démocrates, avec le soutien d'une partie des Républicains (et le soutien quasi-explicite du président de la Réserve Fédérale Ben Bernanke), s'apprête à voter une panoplie protectionniste spécialement élaborée pour bloquer une partie des exportations chinoises, comme celles, qui deviennent emblématiques, pour la protection des fabricants de papiers américains (3). En agissant ainsi, Pékin envoie un message très clair qui pourtant ne fera que contribuer à la spirale « action/réaction » qui renforce l'affrontement commercial trans-pacifique.

Comme le souligne le US-China Business Council, les limitations commerciales qu'envisagent de prendre les Etats-Unis peuvent mettre en danger l'ensemble des relations commerciales des deux pays (4). En effet, LEAP/E2020 a largement expliqué dans ses précédents numéros du GEAB (notamment les numéros 8 et 9) pourquoi les élites washingtoniennes étaient fondamentalement incapables de changer le cours d'une telle évolution, du fait d'une part d'un mélange de contraintes électorales (protéger l'emploi aux Etats-Unis est devenu le seul moyen pour les Démocrates d'espérer conserver leur majorité au Congrès, sans même parler des chances de leur candidat aux présidentielles de 2008) ; et d'autre part, l'aveuglement des principaux responsables démocrates et républicains qui ne parviennent pas à mesurer l'ampleur de la dépendance et de la fragilité de leur pays et de son économie par rapport au reste du monde et à l'Asie en particulier.

En résumé, la classe dirigeante US s'apprête à agir pour « donner une leçon » à la Chine (et dans une moindre mesure aux fabricants automobiles nippons), sans se rendre compte, malgré les coups de semonce de Pékin (dont la crise boursière actuelle est une conséquence), que non seulement ils ne sont plus en position de « donner la moindre leçon » à la Chine, mais qu'en plus, ce faisant, ils vont déclencher une guerre commerciale qui va par contagion s'étendre aux sphères financières et monétaires, car c'est à Pékin désormais que se déterminent les valeurs du Dollar et des Bons du Trésor US (sans même parler de la valeur des actions de Fannie Mae et Freddy Mac, que les investisseurs asiatiques ont accumulé ces derniers mois, sur les conseils de leurs banquiers d'affaires US, alors que Ben Bernanke lui-même reconnaît désormais que l'ampleur de leurs engagements fait peser un « risque systémique » sur l'économie US).

Pour prendre une image d'actualité, les Etats-Unis sont devenus un immense « hedge-fund » dont les responsables vont entreprendre d'ici la fin Avril 2007 d'affronter la principale banque (à savoir la Chine) qui leur prête l'argent dont ils ont besoin pour réaliser toutes leurs affaires plus risquées les unes que les autres. L'idée derrière est bien entendu que le « banquier » est en fait condamné à continuer à jouer le jeu faute de tout perdre. C'est une idée très simpliste à ce niveau de jeu (impliquant au total des milliards d'individus et des milliers de milliards de Dollars US), surtout face à un banquier qui est en train de se rendre compte que pratiquement toutes les « garanties » qu'on lui a fournies ces dernières années sont en fait des bouts de papiers sans valeur. Car, c'est bien ce que la contagion de la crise immobilière vers le secteur financier US est en train de démontrer à toute la planète.

Les 200 milliards USD d'excédent commercial chinois avec les Etats-Unis doivent être rapportés à ce que représente une baisse de 10% de la valeur du Dollar US sur un an en terme de réserves en devises de la Chine, soit 100 milliards USD. Penser que Pékin va gentiment accepter de perdre sur tous les tableaux sans déclencher une riposte brutale est vraiment de la plus grande naïveté intellectuelle, comparable à celle qui prévalait à Washington il y a quatre ans seulement quant tout le monde était persuadé que les Irakiens allaient accueillir les soldats américains avec des fleurs.

GEAB N°13 (sur abonnement)


-------
Notes :

(1) « China forming fund to invest reserves”, Yahoo News, 09/03/2007

(2) A ce sujet, LEAP/E2020 réitère son anticipation de la fin 2006 (GEAB N°10) dans laquelle nos équipes expliquaient pourquoi à leur avis le Japon sera conduit à se solidariser avec la Chine dans cette guerre commerciale avec les Etats-Unis.

(3) La bataille des “Paper Mills” (usine à papier) risque en effet d'être le déclencheur d'une série de mesures et contre-mesures commerciales des deux côtés du Pacifique. Contrairement à d'autres thèmes (comme les importations de voiture par exemple), ce « combat » est populaire car mettant en scène des petites unités dispersées dans l'Amérique profonde. « US threatening tariffs on paper from China », International Herald Tribune, 28/02/2007.

(4) « US-China Trade Relations », US-China Business Council, 02/2007

Vendredi 16 Mars 2007
danyquirion@videotron.ca




23/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 830 autres membres