albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

n° 2, mars 2007 — voix de la résistance en palestine

Voix de la résistance en Palestine
N° 2, mars 2007


 
• Communiqué d’Ittijah, à l’occasion de la commémoration de la Journée de la terre (30 mars) Ittijah, Union des associations civiles arabes (Haïfa)

« Pour une large participation aux actions de la commémoration
Hommage aux associations arabes luttant pour
préserver l’identité, la terre et la patrie »

L’Union des associations civiles arabes (Ittijah) salue les masses de notre
peuples qui ont prouvé qu’elles protègent la commémoration de la Journée de la
terre en tant que partie de la défense de la terre et de patrie, en y affirmant
notre maintien.

Le message le plus important que nous pouvons dégager de la Journée de la terre
est que la réalisation de notre droit ne peut se faire que par la lutte
organisée de nos masses. Il ne nous suffit pas d’être des victimes opprimées
pour que justice soit rendue et que l’oppression soit levée, ou que nous soyions
soutenus, car la voie la plus courte et la plus sûre, pour la réalisation de nos
droits est de revenir l’expérience de la Journée de la terre, la résistance
organisée contre l’oppression et les oppresseurs.

Pour la Journée de la terre, nous voulons affirmer aussi que le fondement
d’Israêl n’a pas changé : les deux constituants, le racisme et le colonialisme,
sont au cœur même de cet Etat, de sa définition et de sa pratique. Les défis
auxquels nous avons fait face, le plan de judaïsation de la Galilée en 1976,
nous le retrouvons encore avec le plan « de développement du Naqab et de la
Galilée », issu du plan de désengagement de Gaza, et qui vise à renforcer le
caractère ethnique juif et raciste de l’Etat, ce que traduisent les outils de la
destruction et du déracinement officiels israéliens en épuration ethnique de
notre présence arabe dans le Naqab.

Nous faisons face ces jours-ci au racisme de l’Etat mêlé au racisme de la rue
qui se nourrissent l’un l’autre. Nous faisons face à des politiques et
tentatives de nous retirer la légitimité de notre présence dans notre patrie et
de remettre en cause notre capacité à nous organiser, en tentant de toucher à
nos dirigeants politiques et associatifs.

Nous faisons face à des politiques de morcellement des questions touchant à
notre peuples, avec pour objectif de supprimer notre appartenance nationale et à
notre identité nationale. Ces politiques veulent nous faire admettre leur
comportement avec nous en tant qu’individus rattachés à l’Etat, sans aucune
appartenance, par le biais des projets de « service civil » ou autres formes de
service militaire du même genre.

Pour la Journée de la terre, nous affirmons que notre responsabilité ne se
limite pas à nos masses de l’intérieur, mais aux masses de notre peuple dans la
patrie et l’exil, pour faire face au morcellement et pour protéger nos droits
menacés, et notamment ceux du retour et de l’autodétermination, l’instauration
d’un Etat palestinien indépendant avec al-Quds pour capitale, après la fin de
l’occupation. A cette occasion, nous saluons l’appel palestinien des
associations de la société civile palestinienne au sommet des Etats arabes,
appelant à protéger le droit au retour des réfugiés et des expulsés
palestiniens. Notre rôle essentiel consiste également à protéger nos lieux
saints, les propriétés des réfugiés, individuels et collectifs, et empêcher
toute atteinte à ces droits, de la part de qui que ce soit.

Nous saluons nos masses, où qu’elles se trouvent, et affirmons que nous
confirmons les résolutions du haut comité arabe de suivi pour commémorer la
journée de la terre et appelons à la plus large mobilisation et participation
possible à toutes les actvités, à Sakhnine et à Taybé.

Nous saluons les associations et notamment celles qui font partie de Ittijah,
pour le rôle pionnier dans la préparation de la programmation des activités
diverses à l’occasion de cette commémoration, et notamment celles qui consistent
à protéger la terre dans le Naqab, ou celles qui ont commencé par des activités
éducatives envers la jeunesse et nos étudiants, afin de consolider notre
identité nationale et notre appartenance, ou celles qui ont axé les journées
scolaires à éduquer sur les questions de la terre et des droits de l’homme
palestinien.

Comité Exécutif
Ittijah – Union des associations civiles arabes


• Programme d’activité du Haut comité de Suivi des masses arabes
A l’occasion de la Journée de la terre

Pour la 31ème commémoration de la journée de la terre, le haut comité de suivi
des masses arabes s’est réuni, rassemblant l’ensemble des partis et mouvements
politiques arabes, ainsi que les membres palestiniens de la Knesset et les
maires des localités palestiniennes de l’intérieur, dans la ville de Nazareth.

Au cours de cette réunion, le haut comité de suivi des masses arabes a décidé de
célébrer la journée à Sakhnine, Arrabe et Deir Hanna, dans la région al-Batouf
(Galilée), et dans la ville de Taybé (dans le Triangle) et dans le Naqab.

Le Haut comité de suivi a salué la formation du gouvernement palestinien et a
appelé à briser le blocus contre la Cisjordanie et la bande de Gaza occupées. Il
a également affirmé son refus catégorique des fouilles israéliennes aux
alentours de la mosquée bénie d’al-Aqsa et a mis en garde contre la poursuite
des travaux menaçant la mosquée et les lieux saints, insistant sur le fait
qu’Israël n’a aucun droit de modifier quoi dans la ville d’al-Quds, ville
occupée.

Les participants ont dénoncé les déclarations d’incitation raciste émises par
les responsables sécuritaires israéliens envers les citoyens arabes, les
considérant comme un danger stratégique. Le Haut comité de suivi a indiqué la
gravité de ces déclarations et des attitudes qu’elles prévoient, ce qui montre
l’orientation de l’institution israélienne à légaliser le racisme national, en
vue de mener un blocus contre la présence nationale des masses arabes
palestiniennes dans le pays.
 
Décisions du Haut Comité de Suivi des masses arabes pour la commémoration de la Journée de la terre

- La commémoration prendra plusieurs axes, la question de masses arabes, les
villages non-reconnus dans le Naqab, les plans d’expulsion des Palestiniens de
l’intérieur des villes côtières, et l’élargissement des zones des des villes et
villages arabes.
- Deux heures consacrées dans les écoles arabes pour célébrer la Journée de la
terre, avec un programme éducatif, sur la situation des masses arabes : la
distribution d’un matériel éducatif et l’organisation de visites du Naqab.
- Organisation des marches et rassemblements le vendredi 30 mars, dans les
villes de Sakhnine, capitale de la Journée de la terre au cœur même de la
Galilée, dans la ville de Taybé, dans le Triangle.
- Organisation d’une activité centrale dans une ville « mixte » le samedi 31
mars.
- Adoption et participation à l’initiative du mouvement islamique « camp de la
liaison avec le Naqab » qui avait commencé l’année dernière, sous le slogan « Le
Naqab n’est pas seul », le 31 mars 2007, en exécutant plusieurs projets vitaux
de développement dans le Naqab.
- Soutien à l’initiative du Comité des 40 (villages non-reconnus) qui appelle à
entreprendre des visites aux villages non-reconnus dans le Naqab, le 24 mars
2007.
- L’appel à organiser un congrès annuel autour de la terre et de l’habitat,
organisé par le centre arabe pour la planification alternative, le 26 mars 2007.
- Préparation du congrès des masses arabes sur la question de la terre, en
publiant des recherches et un livre spécial qui soit une référence, pour la
veille du 32ème anniversaire de la Journée de la terre, en 2008.


Traduction Centre d'Information sur la Résistance en Palestine



30/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 831 autres membres