albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

peau à peau, on ira loin



peau à peau, on ira loin

 

Nicolas aime Marie et vice-versa. Marie est de toute évidence une jeune fille en fleurs, légèrement fanées tout de même. Nicolas est un jeune vieux d'environ 69 ans. Tous les deux ont la chance inouïe d' avoir du boulot. Marie exerce un beau métier en voie de disparition, postière à mi-temps dans les quartiers délabrés du nord de la ville. Nicolas est le sempiternel intermittent du spectacle, garçon de piste au cirque d'hiver. Ils logent au dernier étage de la tour 13 de la Place des Fêtes d'où ils observent chaque soir, tendrement enlacés, les couchers de soleil à répétition sur la ville. A cette occasion, Nicolas ne manque pas de murmurer dans le creux de l'oreille de son amoureuse : peau à peau, on ira loin. Oxalà ! conclut immanquablement Marie.

Marie veut un enfant mais ça ne vient pas, ça ne vient pas. Elle décide de consulter un gynéco réputé, à plus de 100 euros le quart d'heure. L'homme de science après l'avoir écoutée patiemment, finit par lui dire : madame, faites avaler cela à votre couillon de mari. Et lui tend une feuille manuscrite où il vient d'écrire en grosses lettres : une boîte de viagra 20 mg (à renouveler).
Malgré ce remède miracle, Marie se désespère car ça ne vient pas, ça ne vient toujours pas. Jusqu'au jour où, après l'habituel coucher de soleil, l'archange Pasqual sonne à la porte, et lui dit : salut Marie ! C'est moi l'archange. Tiens, te voilà Pasqual ! Es-tu porteur d'un message céleste pour moi ? ...Et comment ma poupée ! Prends ton vélo et vas vite voir Victor, le bien-aimé. Mais de quel bien-aimé me parles-tu, Pasqual ? Mais de Victor Noir, pardi !

Marie tape aussitôt Victor Noir sur google et constate que le malheureux bien-aimé est clamsé depuis belle lurette et loge désormais dans les quartiers haut perchés du Père Lachaise.
A peine arrivée devant le beau gisant de Victor Noir, Marie introduit énergiquement et à plusieurs reprises, dans un mouvement saccadé, son majeur droit dans le trou où jadis est venu se loger la balle du prince Buonaparte dans ce mois glacé de janvier 1870. Elle ne tarde pas à se sentir enceinte. Craintive et heureuse, Marie palpe son ventre arrondi et se dit toute réjouie : ohlala ! ça vient vite cette fois-ci ! Et c'est déjà le neuvième mois, je crois. Elle prend son portable et vocifère tendrement : fais vite Nicolas, viens me chercher au Père Lachaise, car je ne vais pas tarder à accoucher. Prends le premier bourricot qui passe et grouille-toi, couillon!

Nicolas sillonne la ville à la recherche d'un âne. Jour et nuit, il le cherche inlassablement. Pour rien, car comme chacun sait, il n'y a point d'âne à Paris.
A bout de souffle, il finit par emprunter la mobylette de Miguel, un livreur de pizzas connu pour être vachement brutal avec son engin. Quand il arrive devant l'entrée du Père Lachaise, Marie en sort. Elle porte entre ses mains une urne noire avec les cendres de leur enfant.
33 ans s'étaient écoulés depuis leur dernière connexion numérique.
Nom de dieu, comme le temps passe vite ! 

 

bras da costa

 

janvier 2011



10/02/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 828 autres membres