albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

Vidéo — Quand les bourreaux réclament justice

Quand les bourreaux réclament justice

 

5 novembre 2008, 9 heures,palais de Justice de Paris, 24ème chambre

PLAIGNANT : HUBERT VEDRINE, COMPLICE DANS LE GENOCIDE DES TUTSI AU RWANDA DANS LE BOX DES ACCUSES : LE COLLECTIF GENOCIDE MADE IN FRANCE

Xavier Renou et Mariama Keïta sont jugés et risquent tous deux une peine de 5 ans de prison et 75 000 € d'amende. Génocide Made in France diffuse à cette occasion un documentaire citoyen qui résume le rôle de la France au Rwanda, et appelle chacun à le faire connaître le plus largement possible.

voir la vidéo : http://www.genocidemadeinfrance.com/

Les faits

Le 28 novembre 2007, Hubert Védrine est recouvert d'un colorant alimentaire rouge. La presse, avertie, ne relaie pas l'information. Les images filmées par une équipe de M6 ce jour-là sont détruites, et le reportage annulé par la chaîne. Hubert Védrine porte plainte pour « agression avec violence », « dégradation » et « diffamation ». Estimant les tâches, pourtant délébiles, faites sur son « costume Lanvin, et son manteau en cachemire, d'une valeur de 2900 Euros » plus essentielles que les accusations publiques de complicité de génocide portées contre lui, il abandonne la diffamation au profit d'une simple « atteinte à l'honneur », moins susceptible d'entraîner un débat fâcheux sur son rôle dans le génocide.

La chasse aux images

Le même jour, les images de l'action sont diffusées sur Internet. Les conseils d'Hubert Védrine invoquent alors la législation happy slapping, adoptée pour réprimer des violences juvéniles, réelles et gratuites, pour faire censurer ces images et donc les informations qui s'y rapportent ! C'est logique : la défense des réputations mal assises a toujours nécessité beaucoup de contorsions. Toutefois, le collectif a produit depuis un documentaire de 15 minutes sur le rôle de la France au Rwanda qui reprend ces images et explique pourquoi le collectif a voulu sensibiliser ses concitoyens, Hubert Védrine compris. Génocide made in France invite donc tous ceux qui n'acceptent pas l'impunité à regarder le film, à le diffuser très largement et à le mettre en lien sur le plus de sites Internet et blogs possible avant son éventuelle interdiction. « En abandonnant sa plainte pour diffamation, Hubert Védrine cherche à éviter que la Justice ne se penche sur son rôle dans le génocide des Tutsi au Rwanda, relève Xavier Renou porte-parole du collectif Génocide Made in France. Mais nous n'avons pas l'intention de cesser notre combat contre l'impunité tant que les complices français du génocide n'auront pas tous été jugés ! »

Contacts :

Yvette, porte-parole, au 01 40 35 03 03 puis tapez 4

Xavier RENOU, porte-parole, 06 64 18 34 21.

collectif.genocide.made.in.france@g...

www.genocidemadeinfrance.com

Génocide Made in France dénonce l'impunité dont bénéficient les complices français - politiques, militaires de haut rang, ambassadeurs - du génocide des Tutsi de 1994. Après une première action au Louvre, dont les bassins avaient été teintés de faux sang, des actions furent menées au Trocadéro où fut reconstitué un charnier symbolisant ceux du Rwanda, à la Cité de l'immigration avec l'inauguration en grande pompe d'une aile dédiée aux crimes de la « Françafrique », ou encore à la vente des effets personnels de François Mitterrand pendant laquelle furent proposés aux admirateurs de l'ancien président de la république des machettes, crânes et autres souvenirs de la politique qu'il mena au Rwanda.

 
 
 
 
Mafiafrique

François-Xavier Verschave, (né à Lille le 28 octobre 1945 et décédé à Villeurbanne le 29 juin 2005), était un économiste de formation. Son père était un journaliste gaulliste et sa mère infirmière.

Il était depuis 1983 le responsable des questions d'économie, d'emploi et d'innovation sociale à la Mairie de Saint-Fons, une commune de la banlieue lyonnaise. Il était marié et père de trois enfants.

François-Xavier Verschave était membre fondateur de l'association Survie, qu'il présidait depuis 1995. Il était également directeur de publication de la lettre mensuelle de l'association : Billets d'Afrique et d'ailleurs.

Passionné des relations franco-africaines, François-Xavier Verschave a notamment forgé et décrit le concept de « Françafrique », terme parodiant l'expression la "France-Afrique" de Félix Houphouët-Boigny[1]. La « Françafrique » est ce volet occulte de la politique de la France en Afrique. Ses deux principaux ouvrages sur la question, La Françafrique (Stock, 1999) et Noir silence (Les Arènes, 2000), sont devenus des références pour l'association Survie. Ce dernier lui a valu un procès pour offense à chefs d'État étrangers (loi sur la liberté de la presse de 1881) qui l'a déclaré non coupable, compte tenu de l'absence d'« intention délictueuse » et du contexte juridique de l'affaire.

Il a également fourni un important travail de recherche sur le concept de Biens Publics à l'Échelle Mondiale et les théories économiques de Fernand Braudel.

Il est décédé brutalement d'un cancer du pancréas fulgurant découvert quatre mois plus tôt.

__

 

http://www.bibliotheque-sonore.net

 



04/11/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 828 autres membres