albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

bras da costa - le cri des décapodes

 

Le cri des décapodes

 

Nous sommes un pays de navigateurs

de lupins d'oursins de conquérants

alors chez nous

les congrès se tiennent à la belle saison

et en bord de mer

c'est idyllique c'est pratique

 

Ma bourgeoise de femme

profite pour faire trempette

du bout des ongles de pieds rougis

dans la vague atlantique mourante

lâchant par-ci par-là des petits pets

secs

 

Comme des malades,

nous nous goinfrons de sardines grillées

de calamars d'étrilles de ballets roses

et autres décapodes locaux

car évidemment chez nous

la mer est toujours grosse de promesses

 

Entre une olive niçoise

et un écrevisse landaise

autrement dit

entre notre poire et fromage nationaux

on m'a demandé un discours un beau discours.

Pris de court

j'ai décidé de lire la préface du professeur Marcel

à mon manuel de macro-économie

domestique

 

La salle était presque vide

et la sono marchait tant bien que mal

on m'a écouté d'une oreille vague

car le gros du congrès suivait aux jumelles

les éliminatoires régionales

de funboard se déroulant au large

puisque chez nous

c'est la mer qui porte la culotte

 

On m'a élu président!

 

pourquoi, mais pourquoi moi?

demandais-je franchement surpris

on m'a dit que tard dans la nuit entre deux avions

le docteur Séguéla payé trois mille dollars l'heure

m'avait choisi sur bande vidéo

pour mon profil greco-quelconque

rehaussé d'une paire de maxillaires

cerbériennes

 

J'ai voulu me dérober

j'ai réservé l'hôtel pour une seule nuit !

je dois encore rôder ma voiture flambant neuve !

écoutez voilà ! je suis marié à une pétomane !

on a écarté mes observations d'une main

lasse lasse

 

On m'a promis

un palais rose dans la ville blanche

puis le dernier modèle mercèdes

puis de l'homard cubain à chaque repas

puis l'éternelle miss cabrillo à poil

et puis et puis

bon j'ai laissé faire

car voyez-vous chez nous

c'est la mère qui porte le complexe

 

Depuis

je m'amuse follement

je vais de patelin en patelin de discours en discours

et je garde soigneusement sur moi un carnet

avec toutes les promesses faites

Il y en a ! nomdunepipe!

 

Enfin chez nous

la mer efface tout.



06/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 826 autres membres