albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

Palestine — les tunnels contre le blocus

Les tunnels tentent de soulager le blocus de Gaza
 
 
 
Les centaines de tunnels creusés sous la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte permettent à une partie des 1,5 million d’habitants du territoire palestinien d’être approvisionnés en nourriture et en carburant.

Samedi, les autorités égyptiennes ont trouvé les entrées de trois tunnels et ont confisqué une grande quantité de carburant destinée à passer en contrebande dans le territoire.

Les mêmes sources indiquent qu’il y aurait plus de 6000 Palestiniens engagés dans cette activité clandestine, que les commerçants disent être contrôlée de près par les autorités du Hamas.

Des règles strictes sont imposées à ce qui peut être importé — faire transiter des armes, des drogues et des personnes est interdit — et ceux qui exploitent les tunnels sont taxés.

Ehab Gheissen, un porte-parole du ministère de l’Intérieur dans le gouvernement Hamas, a expliqué : « C’est le droit du peuple palestinien de faire tout ce qu’il peut pour briser le siège qui lui est imposé ».

« Il a le droit de faire tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir ce dont il a besoin, y compris d’utiliser des des tunnels, mais en même temps nous contrôlons tout ce qui est importé. »

 

Produits de base

Les tunnels avaient été utilisés à l’origine pour passer des armes en contrebande pour combattre l’occupation israélienne, mais le blocus qui a été imposé après la prise de contrôle de la bande de Gaza en 2007 par le Hamas a fait de la contrebande des produits de base une nécessité.

Pour exemple, les pénuries ont fait exploser les prix de la farine et du lait, et l’activité établie autour du système de contrebande par les tunnels représente en valeur des millions de dollars.

Sami Abdel Shafi, un analyste économique basé à Gaza, a indiqué : « De nos jours, la majeure partie des informations qui nous arrive est que les tunnels sont utilisés pour amener des articles à caractère humanitaire, suite aux pénuries de médicaments dans la bande de Gaza.

« Ils sont utilisés aussi pour apporter des chaussures, du chocolat et même du 7-Up, et autres choses du même ordre.

« D’un autre côté, toutes les quantités importées sont très très insuffisantes, 1,5 million de personnes méritant beaucoup plus que de devoir survivre en s’activant sous la terre ; elles méritent un sort bien meilleure en faisant fonctionner une économie au grand jour. »

Ayman Mohyeldin d’Al Jazeera a visité un entrepôt non localisé dans Rafah où un exploitant de tunnel attendait des commerçants qui devaient récupérer les marchandises qu’ils avaient commandées.

Une gamme diverse d’articles, tels que des cigarettes, des tasses de thé et des pièces de rechange pour des motos, étaient parmi les produits attendant d’être récupérés.

Mais sans tenir compte du fait que les tunnels contribuent à un minimum de maintien de l’économie palestinienne, ils ont un coût humain. Au moins 35 personnes sont mortes dans les tunnels depuis le début de l’année, selon les Nations Unies.

Mahmoud Khalaf, un analyste des questions militaires, a dit à Al Jazeera que les tunnels ne devraient pas être vus comme un moyen de secours pour les Palestiniens.

« Ces tunnels ne sont pas nécessaires, et des procédures illégales ne devraient pas être employées pour transporter des marchandises, » dit-il.

« Le fait que ces tunnels soient vus comme essentiels est une allégation répandue par le Hamas pour justifier ses activités. Mais oui, j’admets que le siège imposé par Israël a rendu la vie plus dure, mais je crois que ces moyens ne sont pas la meilleure manière d’avancer. »

Tunnels dangereux

Abu Mohamed a perdu son fils et un frère quand le tunnel qu’ils creusaient s’est écroulé sur eux. Depuis lors, il a interdit à ses autres enfants de descendre dans les tunnels.

« Que pouvons-nous faire ? Nous devons manger et ils cherchaient à gagner de l’argent pour la famille. Mais maintenant, je ne les autorise pas à le refaire, combien pauvres nous sommes. C’est tout simplement injuste, » dit-il à Al Jazeera.

L’Egypte est sous la pression d’Israël pour détruire les tunnels, certains étant sous les yeux de la police des frontières.

Le Caire fait savoir qu’il fait des efforts pour faire cesser ce commerce, et les Nations Unies indiquent qu’en seulement deux jours au mois d’août, 28 tunnels ont été détruits par les autorités égyptiennes [on atteint le comble du sordide : avec l’aide de militaires américains, l’Egypte, pays arabe, obtempère aux injonctions israéliennes en détruisant les tunnels creusés par une population affamée qui cherche à survivre, tandis que l’ONU compte les points... - N.d.T]

Mohyeldin, correspondant d’Al Jazeea, nous dit que des Palestiniens estiment même que les Egyptiens ne pourront jamais bloquer tous les tunnels parce que c’est également un commerce lucratif pour beaucoup d’Egyptiens.

Mais Abdel Shafi prévient que plus longtemps les tunnels resteront une solution de secours, plus longtemps cela minera les possibilités d’une vraie économie palestinienne pouvant se développer.

« Cela aura des conséquences catastrophiques à long terme, même si cela répond à une partie des besoins pour le moment, » nous explique-t-il.

« La bande de Gaza ne peut pas vivre en dépendant de l’exploitation de ces tunnels. »

À Gaza, 85% de la population dépend de l’aide alimentaire internationale et le chômage se situe à 45% de la population en âge de travailler.

 

5 octobre 2008 - Al Jazeera.net

Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.aljazeera.net/news/m...
[traduction : Info-Palestine.net]



12/11/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 830 autres membres