albatroz - images, songes & poésies

albatroz - images, songes & poésies

Sinan Antoon - Al-Amiriya : il était une fois, un bombardement sur l’Irak…

 La mémoire collective irakienne regorge de souvenirs de souffrances et de pertes. Ces dernières années n’ont fait qu’accroître les monceaux de cadavres et de décombres, avec tout ce que cela représente, dans un pays ravagé par des décennies de dictature brutale, de sanctions génocidaires et de guerres.

abri irak 2.jpg

 

L’invasion anglo-américaine de 2003 (également connue sous son nom orwellien d’« Opération pour la liberté en Irak ») a démantelé ce qui restait de l’Etat irakien après les guerres et les sanctions. Elle a également généré et normalisé la politique du chaos, de la corruption et des guerres civiles sectaires. L’État islamique d’Irak et du Levant (ISIL) n’a été que la conséquence la plus récente de cette invasion. Bien que son discours et ses symboles s’originent dans un lointain passé, ISIL a été formé et rendu opérationnel vers 2003.

Les Irakiens ne se sont toujours pas remis de la violence et de l’horreur de la montée en puissance d’ISIL et de son occupation de Mossoul et d’autres villes en 2014, ainsi que des massacres et des destructions qu’il a perpétrés. Mossoul et d’autres villes et villages sont libérés maintenant, mais des centaines de milliers d’Irakiens sont toujours déplacés et vivent dans des camps loin de leurs maisons aujourd’hui détruites. Les promesses de reconstruction et de réhabilitation que leur a faites l’un des régimes les plus corrompus du monde ne se traduisent toujours pas en résultats concrets.

Mais aujourd’hui, comme chaque année, de nombreux Irakiens commémorent et pleurent un massacre qui a eu lieu il y a 27 ans. « Al-Amiriyya » est toujours un chapitre majeur du livre irakien de la souffrance.

Le 13 février 1991, à 4h30 du matin, deux F-117 américains survolant Bagdad ont largué deux bombes « intelligentes » guidées au laser, pesant chacune 900 kg. Leur cible était un grand refuge civil (numéro 25) à al-Amiriyya, un quartier résidentiel de l’ouest de Bagdad.

 

Un millier de civils dormaient dans le refuge cette nuit-là. La première bombe a percé le mur de béton fortifié à travers une ouverture de ventilation. La seconde l’a suivie et a explosé en plein milieu du refuge. Le bombardement a tué 408 civils, dont 261 femmes et 52 enfants. La plus jeune victime avait sept jours. La plupart des victimes ont été calcinées par la chaleur de l’explosion. Les corps emportés plus tard par les secouristes étaient carbonisés et méconnaissables. L’odeur de chair brûlée a imprégné le quartier des jours durant.

Le Pentagone a prétendu que le refuge d’al-Amiriyya était un bunker utilisé comme centre de commandement militaire. Il a affirmé que la surveillance américaine avait détecté des signes indiquant qu’il s’agissait d’une installation militaire dans les jours qui ont précédé le bombardement.

Le directeur des opérations du Pentagone de l’époque a dit que « les deux bombes avaient atterri là où elles devaient le faire. » Mais les journalistes étrangers qui ont visité le site juste après le bombardement n’ont trouvé aucune indication que cet endroit ait été autre chose qu’un refuge civil. Le porte-parole du président George HW Bush, Marlin Fitzwater, a déclaré: « Nous ne savons pas pourquoi des civils se trouvaient à cet endroit, mais nous savons que Saddam Hussein ne partage pas notre respect pour le caractère sacré de la vie humaine. Il tue des civils intentionnellement et avec détermination. »

Dick Cheney, qui était secrétaire à la Défense à l’époque, a imputé le blâme à l’Irak et a laissé entendre que le pays amenait intentionnellement des civils sur des sites militaires.

Le bombardement quotidien de l’Irak tout entier durait depuis le 17 janvier de cette année-là. L’objectif déclaré était de chasser l’armée irakienne du Koweït qu’elle avait envahi en août 1990. Toutefois, les bombardements ont anéanti l’infrastructure irakienne en détruisant 134 ponts, 18 des 20 centrales électriques, des complexes industriels, des raffineries de pétrole, des stations de pompage des eaux usées et des installations de télécommunications. L’électricité d’après-guerre a été réduite à 4% de son niveau d’avant-guerre.

Comme l’en avait menacé le secrétaire d’État James Baker, l’Irak a été ramené par les bombardements « à l’époque préindustrielle ». Les pertes économiques de la campagne de bombardement de 43 jours ont été estimées à 232 milliards de dollars.

Quelques mois plus tard, le 8 juin, une parade victorieuse a eu lieu à Washington pour célébrer la fin de l’opération « Tempête du désert ». Le Général Norman Schwarzkopf, qui avait dirigé l’opération, pavoisait avec Bush Senior dans la tribune. Mais la guerre s’est poursuivie contre l’Irak, sous une autre forme, jusqu’en 2003. Les sanctions économiques qui ont été imposées à l’Irak pour le forcer à quitter le Koweït ont été maintenues malgré leur cruauté et leurs effets dévastateurs sur tous les aspects de la vie.

En 1995, l’ONU rapportait que plus d’un demi-million d’enfants irakiens étaient morts à cause de ces sanctions meurtrières et que, loin de nuire au régime, elles causaient la mort des civils et détruisaient le tissu social irakien.

Pourtant, Madeleine Albright, alors ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU, a déclaré dans une interview tristement célèbre que « ça en valait la peine » au niveau politique. C’est comme ça qu’ils respectent « le caractère sacré de la vie » !

Chaque administration américaine après Bush Senior a bombardé l’Irak pour une raison ou une autre. Certains de ceux qui avaient supervisé la première guerre du Golfe en 1991 sont revenus au début du siècle pour vendre l’invasion de l’Irak en 2003 et la mettre en œuvre.

Le régime irakien a utilisé la tragédie et le lieu où elle s’est déroulée à des fins de propagande. Le refuge d’al-Amiriyya détruit est devenu un mémorial. Les photographies en noir et blanc des 408 victimes ont été accrochées aux murs des chambres noires. On voit encore sur les murs et le sol les traces des corps brûlés et démembrés des victimes.

Les survivants et les membres de la famille y viennent pour rendre hommage aux victimes et faire leur deuil. Une mère qui a perdu huit de ses enfants est devenue guide.

Aujourd’hui, cependant, le site est à l’abandon et fermé au public. Une unité de l’armée irakienne y est stationnée. Il n’y aura aucune mention ni commémoration officielles du massacre d’al-Amiriyya. Le gouvernement irakien et toute la classe politique ont profité des Etats-Unis et de ses guerres. Ils ne reconnaissent et ne commémorent que les crimes de Saddam Hussein et du régime Baath et, désormais, d’ISIL et les exploitent à des fins politiques mesquines et sectaires.

Mais les Irakiens n’oublieront jamais Al-Amiriyya.

 

Sinan Antoon est un poète et romancier irakien. Son dernier roman est The Bagdad Eucharist.

 

16/02/2018

 

 

abri iraq.jpg

 

30 ans après le massacre d’Amiriyah, les Irakiens refusent l’oubli

 

Publié par Gilles Munier sur France-Irak Actualités le 18 Février 2021

 

Par Sofia Barbarani (revue de presse: Chronique de Palestine - 15/2/21)*

Les familles continuent de se battre pour la justice, trois décennies après le massacre

de victimes civiles commis par les États-Unis en Irak.

 

Bagdad, Irak – Trente ans se sont écoulés depuis que Walid William Esho a dû identifier les restes calcinés de sa mère à l’arrière d’une camionnette. L’image reste à jamais gravée dans sa mémoire.

Le 12 février 1991, Esho – alors âgé de 18 ans – a conduit sa mère de 45 ans, Shonee Shamoan Eshaq, au refuge public numéro 25, un bunker dans leur quartier d’Amiriyah à l’ouest de Bagdad, où des familles se mettaient à l’abri alors que les États-Unis menaient leur attaque aérienne appelée Operation Desert Storm.

Comme la plupart des hommes célibataires à ce moment-là, Esho a déposé sa mère au refuge, qui était principalement utilisé par les familles. C’était la dernière fois qu’il la voyait vivante.

Aux premières heures du 13 février, un rugissement a déchiré le quartier lorsque deux bombes guidées au laser se sont abattues sur la structure en béton et en acier, perçant le toit du bunker et brûlant vifs des centaines de civils, dont Eshaq.

“Nous l’avons reconnue à cause de son bracelet, de son manteau rouge et de sa bague», a déclaré Esho. “Je ne pouvais pas y croire. J’ai dit: ‘Ce n’est pas elle, ce n’est pas elle’ “, se souvient-il depuis son domicile maintenant en France.

 

Eshaq faisait partie des plus de 400 civils irakiens tués cette nuit-là, dans ce qui est devenu l’attaque la plus meurtrière en victimes civiles causé par les États-Unis en Irak. Trente ans plus tard, personne n’a été tenu pour responsable de tous ces morts, et les survivants et les membres des familles disent avoir été oubliés par ceux qu’ils tiennent pour responsables.

 

Mensonges américains

 

Après l’attaque, les États-Unis se sont défendus d’avoir pris pour cible Amiriyah, affirmant que l’abri était un centre de commandement militaire.

À l’époque, les États-Unis s’appuyaient principalement sur des satellites de collecte de renseignements, a déclaré le général Merrill McPeak à Al Jazeera.

“Avec ceux-ci, il est assez difficile de séparer les civils de quelqu’un qui porte un uniforme»” avait-il déclaré. Selon les États-Unis, le bunker avait été construit comme abri antiaérien pendant la guerre Iran-Irak, puis converti en centre de commandement et de contrôle militaire.

“Il ne nous est jamais venu à l’esprit que c’était un endroit où les civils allaient se mettre à l’abri – nous l’avons vu comme un bunker militaire dans lequel résidaient des installations de commandement et de contrôle”, avait prétendu McPeak, chef d’état-major de l’armée de l’air pendant la guerre du Golfe.

Il y a eu des victimes civiles, c’était une cible militaire légitime, elle a été frappée avec précision, elle a été détruite et mise en pièces – et il y a eu très peu de dommages collatéraux”, a ajouté McPeak, qui évalue le nombre de civils tués à 250…

McPeak soutenait que les États-Unis ont pris des “mesures extraordinaires” pour réduire au minimum le nombre de victimes civiles pendant la guerre du Golfe. “Nous devrions être récompensés pour cela, et non pas devoir nous excuser”, avait-il encore déclaré.

Mais Human Rights Watch a conclu dans un rapport quelques mois seulement après l’attaque que les forces alliées n’avaient pas “rempli leur devoir d’utiliser des moyens et des méthodes d’attaque pour minimiser la probabilité de pertes civiles”.

Alors que les habitants d’Amiriyah affirment que certains membres des services de renseignement irakiens ont été vus fréquentant le bâtiment, des familles avec enfants entraient et sortaient également du bunker pendant les semaines avant l’attaque, ce qui devait donner à la coalition dirigée par les États-Unis suffisamment de temps pour les identifier comme des civils.

Les parents, la sœur et les deux jeunes neveux de Fikra Shaker se sont rendus au refuge tous les soirs pendant au moins deux semaines avant l’attentat. Tous les six ont été tués la nuit de l’attaque, mais seuls les corps du père et de la sœur de Shaker ont été retrouvés.

“Personne ne s’attendait à être visé”, a déclaré Shaker, âgée de 65 ans, assise dans le salon de sa maison familiale à Amiriyah. Shaker, alors âgée de 35 ans, s’est effondrée lorsque son fils, Hussam, lui a annoncé la mort des membres de sa famille. “Je savais qu’ils étaient allés [au refuge] mais j’espérais qu’ils avaient survécu.”

Vers 7h 30 le jour de l’attaque, Shaker, avec son fils et son mari, se sont précipités vers l’abri pour n’y trouver que des flammes et le chaos. “Quand je suis arrivée au refuge, j’ai entendu les cris des gens qui voulaient sortir”, a-t-elle dit. “À 10 heures du matin, les voix s’étaient arrêtées… Plus personne ne criait.”

 

Une violence débridée

 

Durant des années après l’attaque, le président irakien d’alors, Saddam Hussein, a gardé vivante la mémoire collective du bombardement dans le but de dénoncer un pays avec lequel il continuerait d’être en guerre pendant plus de 10 ans.

“Les scènes horribles des corps calcinés étaient à la télévision le lendemain et ensuite pendant des années”, a déclaré Rasha al Aqeedi du Center for Global Policy. “Le jour de anniversaire [du massacre] les écoles arrêtaient les cours et commémoraient la “journée du refuge al Amiriyah” avec des discours patriotiques et des slogans anti-américains.

Mais les commémorations ont cessé après l’invasion américaine de l’Irak en 2003. Et dans un pays où les forces étrangères opèrent souvent en toute impunité, Amiriyah est devenue l’une des nombreuses attaques américaines contre des civils à rester impunie.

colère, mais sans surprise, par la population irakienne.

En 2005, des marines américains accusés d’avoir tué plus de 20 hommes, femmes et enfants non armés dans la province d’Anbar n’ont été absolument pas inquiétés.

Plus récemment, les bombardements menés contre le groupe armé ISIL (ISIS) par la coalition dirigée par les États-Unis ont eu un coût civil énorme, mais personne n’a été tenu pour responsable, aggravant une perception déjà très mauvaise des forces américaines par les civils irakiens.

Pour les survivants et les familles des victimes de l’attaque d’Amiriyah, cela fait 30 ans sans justice.

“Premièrement, nous avons besoin des excuses de toutes les forces de la coalition qui ont mené l’attaque, puis la reconnaissance du crime et ensuite une réparation”, a déclaré Shaker, qui a perdu six membres de sa famille.

Tareq Mandalawi de la Fondation pour les Martyrs, un organisme gouvernemental irakien, a déclaré que des mesures aveint été prises pour verser des indemnités aux familles des civils tués dans les années 1990, mais n’a pas précisé si les victimes de l’attaque d’Amiriyah seraient incluses.

Au-delà de l’appel à compensation et de reconnaissance, les survivants du bombardement disent qu’ils se sont vu refuser un lieu où pleurer leurs proches.

Autrefois un musée commémoratif avec des photos des victimes, le site de l’explosion a été fermé après l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003. Aujourd’hui, le terrain adjacent abrite une clinique et des bureaux gouvernementaux, mais l’abri reste fermé au public.

Non loin de l’abri vide, une sculpture de l’artiste Ala Basheer représentant un visage humain grimaçant enfermé dans la pierre et les flammes, est le seul mémorial visible de l’événement tragique.

Pour la première fois depuis 2003, Amiriyah est sur le point d’organiser une cérémonie commémorative à l’intérieur du refuge pour marquer 30 ans depuis le massacre. Mais pour certains, c”est trop peu et trop tard pour les hommes, les femmes et les enfants qui, disent les Irakiens, ont été laissés de côté par l’État.

“J’ai le sentiment [que les victimes] ont été oubliées, personne ne se souvient d’elles”, a déclaré Omar Mahmoud, âgé de 36 ans et habitant d’Amiriyah, dont la maison a été endommagée lors de l’attaque. “Personne ne sait plus qui elles étaient.”

 

*Source : Chronique de Palestine

Traduction : Chronique de Palestine

Version originale : 13 février 2021 – Al-Jazeera

 

 

 



18/02/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 834 autres membres